Salons de coiffure, instituts de beauté et cabinets médicaux, le 11 mai ça va être le rush !

Salons de coiffure, instituts de beauté et cabinets médicaux, le 11 mai ça va être le rush !
Population

RUSH - Pendant près de deux mois, les Français ont dû prendre soin d'eux sans l'aide de professionnels. C'est donc sans surprise que docteurs, coiffeurs, et esthéticiens se préparent à un afflux massif de clients. Pour preuve, sur toutes les plateformes en ligne, les réservations explosent.

Que vont faire les Français lors du déconfinement ? Pour une vaste majorité, se ruer chez leur coiffeur et leur médecin. C'est en tout cas ce qui est au programme d'une bonne partie d'entre eux à en croire plusieurs plateformes de réservations interrogées par LCI. 

Que ce soit Doctissimo pour le médical ou Planity pour la beauté, toutes observent une explosion du nombre de rendez-vous pris en ligne pour la semaine du 11 mai. Avec des taux de réservation qui atteignent parfois des seuils "historiques".

2,1 millions de rendez-vous sur Doctolib

Chez Doctolib, les choses sont très claires : les professionnels de santé vont faire face à "un afflux massif de patients" au moment du déconfinement. Les Français renonçant massivement aux soins et les cabinets présentant porte close, leur fréquentation s'était effondrée depuis le début de l'épidémie, chutant à de 66% selon un communiqué. Ce site de gestion de consultations médicales affirme aujourd'hui avoir avoir enregistré 2,1 millions de rendez vous uniquement pour la semaine du 11 mai. Un chiffre qui représente une hausse de 86% d'activité pour les utilisateurs de ce service par rapport aux semaines ordinaires.

Devant cette situation que la plateforme juge "préoccupante", elle annonce vouloir "déployer un nouveau service" afin de permettre à ses clients de "relancer leur activité sans surcharge de travail et en sécurité". Ainsi, la gratuité du service de vidéo-consultation sera prolongée jusqu'en juin, tandis qu'un SMS et un mail seront envoyés à chaque patient avec des "consignes claires". Des plages horaires seront également dédiées pour recevoir les patients déclarant présenter des symptômes du Covid-19.

Les agendas des coiffeurs sont plein

En même temps qu'ils désertaient les cabinets, les Français se sont aussi laissés pousser les cheveux. Si certains se sont volontiers prêtés au jeu du coiffeur, les Français ne semblent plus aimer l'amateurisme de leur coupe.  Ils sont près de 59% à souhaiter se rendre chez un professionnel dans les trois jours qui suivent le 11 mai, selon une étude Harris réalisée pour le groupe L'Oréal publiée dans Les Echos. Une impatience qui se fait sentir dans la prise de rendez-vous en ligne, comme nous le fait savoir Planity. Selon Antoine Puymirat, co-fondateur de ce site spécialisé dans la prise de rendez-vous dans le secteur de la beauté, les établissements partenaires enregistrent ainsi une hausse de 82% des réservations par rapport à une semaine moyenne de début d'année. Dans un communiqué, le dirigeant se félicite de ces chiffres et prévoit que les salons vont pouvoir rouvrir avec un agenda "rempli sur les prochains mois". Et de donner l'exemple d'un de ses clients, qui aurait enregistré en ligne "plus de 200 rendez-vous en une seule heure après avoir envoyé une campagne de SMS à ses clients". 

En vidéo

Faute de coiffeur, les Français font jouer l'inventivité

Avec des établissements de beauté qui seront très rapidement débordés et sans doute complets, certains pourraient tester le salon à la maison. Comme en temps de confinement, il s'agit de faire ça devant son miroir... Mais avec un professionnel ! Ainsi, la plateforme wecasa.fr nous dit avoir vu "exploser" le nombre de demandes allant dans ce sens, avec des rendez-vous qui augmentent de 700% par rapport à mai 2019. Pour ce site, qui propose des rendez-vous à domicile, cet "engouement" s'explique par le souhait de la clientèle de "limiter au maximum les déplacements, d'éviter les transports en commun" et montre la "crainte de la promiscuité, même réduite, dans les salons".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Une inquiétude injustifiée pour Jean-Christophe David. Fort de ce qu'il a observé en Suisse, où ces commerces sont ouverts depuis le 27 avril, le PDG du réseau Body Minute rappelle que ce secteur a pour "habitude" de travailler dans des conditions sanitaires optimales. S'il y a bien un "ralentissement" dans le passage de la clientèle dans les instituts de beauté à cause des conditions sanitaires, le président de ce réseau de près de 450 instituts dans l'Hexagone assure pouvoir rouvrir en toute sérénité. Et ce, alors même que la spécificité de cette enseigne est de proposer ses services sans prise de rendez-vous. Confiant en sa clientèle, Jean-Christophe David n'est donc pas inquiet. Il compte sur elle pour faire "très attention". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent