Déconfinement : comment va se dérouler le retour à l'école à partir du 11 mai

Déconfinement : comment va se dérouler le retour à l'école à partir du 11 mai
Population

VERDICT - A quatre jours de l'échéance du 11 mai, le gouvernement a dévoilé ce jeudi après-midi les derniers détails de la remise en marche progressive du pays, en pointant notamment les conditions de réouverture des écoles.

Plusieurs sujets cristallisent l'attention à quatre jours du déconfinement qui s'effectuera de manière " très progressive" et "s'étalera sur plusieurs semaines", selon les mots du Premier ministre. Une des questions qui se pose, ce sont notamment les conditions de réouverture des écoles maternelles et élémentaires. Elles rouvriront  à compter du 11 mai, "et puis, ce sera au tour des collèges, à partir du 18 mai, mais uniquement dans les départements verts", a précisé Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education, rappelant que la décision de rouvrir les écoles obéit d'abord à un impératif pédagogique et social. 

"Nous considérons que les enfants ne doivent pas rester sans contact physiquement avec l'école, du mois de mars au mois de septembre, et c'est particulièrement vrai pour les plus jeunes, a-t-il affirmé. Notre préoccupation est d'abord sociale, nous devons lutter contre le décrochage scolaire et faire en sorte que chaque enfant de France puisse bénéficier de l'école. Or tous les enfants ne bénéficient pas de la même façon de l'enseignement à distance, tel qu'il a été mis sur pied".

"Une pré-rentrée et des élèves prioritaires"

Sur la base des recommandations du Conseil scientifique, le gouvernement a donc élaboré un protocole sanitaire très strict pour toutes les écoles de France, et le canevas sera le suivant :

- Une pré-rentrée pour les professeurs le 11 mai

"Cette pré-rentrée permettra un temps d'échanges, pour pouvoir poursuivre le lendemain la rentrée des classes", a souligné Jean-Michel Blanquer qui a précisé que  la pré-rentrée pourrait aussi durer le mardi 12 mai si la taille de l'école ou les circonstances locales le justifient.

- Des élèves prioritaires

Comme l'avait déjà souligné Edouard Philippe, tous les élèves ne pourront pas être accueillis en même temps. "Des niveaux seront d'abord privilégiés : la grande section, le CP et le CM2, mais une grande latitude est laissé localement, a annoncé le ministre de l'Education, indiquant, par ailleurs que des publics ont été définis comme prioritaire : "ce sont d'abord les élèves en situation de handicap, mais aussi les enfants de personnels soignants ou indispensables à la reprise ou sans solutions de garde, une catégorie dont nous avons déjà l'expérience puisque nous avons accueilli 30.000 enfants de soignants pendant la période de confinement, a-t-il précisé. Enfin, en troisième lieu, ce sont les enfants que nous avons identifié comme décrocheurs, ou en voie de décrochage, nous les estimons à 4% aujourd'hui. Tout un travail va être fait pour les ramener vers l'école".

Lire aussi

"80 à 85% des écoles vont rouvrir"

- Des petits groupes d'élèves

Jean-Michel Blanquer a ensuite défini quatre situations dans lesquelles chaque enfant va se trouver : "A certains moments, il peut être à l'école, en petits groupes, avec ses camarades. Ces groupes ne dépassant pas 15 à l'école élémentaire et 10 à l'école maternelle. À d'autres moments, il peut être à l'étude quand les locaux le permettent et qu'il y a des moyens de surveillance. En troisième lieu, il peut se retrouver dans des locaux périscolaires pour des activités de sport, de santé, de culture ou de civisme. Et puis, en quatrième lieu, ils peuvent être à la maison dans le cadre de l'enseignement à distance. A plein temps, quand les parents ont préféré les garder à la maison, ou à temps partiel, s'ils passent une partie du temps à l'école et l'autre partie du temps à la maison. Ce système se règle évidemment localement puisque chaque situation est particulière", a-t-il détaillé. 

- 80 à 85% des écoles vont rouvrir

En tenant compte des professeurs qui pour des raisons de santé doivent rester chez eux, et des élèves qui ne reviendront pas parce que la famille a fait ce choix, Jean-Michel Blanquer table sur une réouverture d'une bonne partie des écoles la semaine prochaine. Selon lui, "80 à 85% des 50.500 écoles de France ont déclaré rouvrir, ce qui représente un peu plus de 1 million d'élèves qui reviendront dans leur classe , avec environ 130.000 professeurs qui seront là pour les accueillir".

Lire aussi

- Un soutien psychologique

Enfin le ministre a ajouté que 12 000 personnels médicaux et sociaux de l'Education nationale seront mobilisés la semaine prochaine pour accompagner les professeurs et les élèves. "Nous faisons particulièrement attention à la dimension psychologique de ce retour. Nous savons bien que les élèves, comme les adultes, ont pu connaître un certain nombre de traumatismes du fait de la période de confinement, a-t-il reconnu, concluant que le déconfinement allait servir justement à un accueil et du dialogue pour que les enfants puissent se retrouver, "et pour qu'on puisse bien définir la consolidation de leurs savoirs et aussi la suite de leur scolarité".

Les maires ont le dernier mot

Toute l'info sur

Les défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

Dans une circulaire envoyée ce 7 mai aux Agences régionales de Santé et aux préfets, Edouard Philippe indique notamment, à propos des réouvertures des écoles, que "la situation particulière liée à l'épidémie conduit à chercher systématiquement l'accord des maires et à ne pas envisager l'ouverture d'une école en cas d'opposition à celui-ci".  Plusieurs édiles ont en effet fait part de leur intention de garder leurs établissements scolaires fermés en dépit du début du déconfinement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent