Les cas de Covid-19 en hausse en Meurthe-et-Moselle

Les cas de Covid-19 en hausse en Meurthe-et-Moselle
Population

ÉPIDÉMIE - Le nombre de tests positifs dans le département est passé de 3 à 41, en moins de dix jours. Des "chiffres faibles", a expliqué sur LCI le Dr Jérôme Marty, qui en appelle néanmoins à la vigilance.

"Le virus continue à circuler." Invité ce jeudi midi sur LCI, le Dr Jérôme Marty, président de l'Union française pour une médecine libre, a confirmé la hausse des cas de Covid-19 en Meurthe-et-Moselle. Entre la fin du mois de mai et la première semaine de juin, le nombre de tests positifs dans le département est en effet passé de 3 à 41, en moins de dix jours.

Selon les dernières données disponibles sur le site de l'Agence régionale de santé (ARS) du Grand-Est, le département connaît une augmentation de son taux d'incidence depuis le 2 juin, qui était alors à 7, pour atteindre désormais 20,9. "Le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de cas positif pour 100.000 habitants est passé à plus de 20, alors qu'il est à 4 au niveau national", a mis en garde jeudi Éric Freysselinard, le préfet de Meurthe-et-Moselle.

Lire aussi

"Des chiffres très faibles"

"Ce sont des chiffres qui sont très faibles", a nuancé sur LCI le Dr Jérôme Marty. Et d'ajouter : "Il est tout à fait possible que, dès lors qu'on teste davantage, on trouve davantage de patients. Ils ne sont pas hospitalisés." Selon le médecin, "nous sommes dans la configuration de fin février début mars, quand le virus circulait à bas bruit. Il est important de conserver les gestes barrières. (…) Nous sommes plus prêts que nous ne l'étions à l'époque". 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Au cours de sa conférence de presse, le préfet a avancé une explication. Cette "forte augmentation des cas depuis une semaine" peut s'expliquer par une "imprudence dans des moments privés, fêtes des voisins, réunions familiales". Selon le préfet, les prochains jours seront décisifs. Si les contaminations continuent d'augmenter, le préfet n'exclut pas un durcissement des règles : "J'envisage d'envoyer la police municipale ou nationale dans les bars pour vérifier que les mesures de distanciation et de port du masque par les serveurs, de vérifier que les grandes surfaces imposent bien le port du masque comme je l'avais demandé".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent