Déconfinement : l'attestation employeur obligatoire dans les transports franciliens ?

Déconfinement : l'attestation employeur obligatoire dans les transports franciliens ?

HYPOTHÈSE - Face au problème particulier des transports en Ile-de-France, très saturés, l'Etat envisage de rendre l'attestation de l'employeur obligatoire dès le 11 mai pour pouvoir utiliser le réseau. Reste à savoir si cela sera seulement aux heures de pointe ou toute la journée.

Aucun siège de libre, corps serrés les uns contre les autres, bousculades pour descendre ou monter de la rame, visages en sueur sous les néons. Les usagers familiers des heures de pointes sont bien conscients que les distanciations physiques recommandées pour lutter contre le nouveau coronavirus ne sont pas vraiment compatibles avec ces conditions de transport. 

Surtout en Ile-de-France. L'Etat le sait aussi et le secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a évoqué une première piste pour réguler le flux des voyageurs. L'attestation employeur pourrait ainsi devenir obligatoire pour pouvoir emprunter les métro, bus, tramways, RER et Transilien de la région parisienne.

Toute l'info sur

Un nouveau déconfinement en 4 étapes clés

Déconfinement, vaccination... suivez les dernières actualités sur le Covid

Attestations, amendes et filtrage des voyageurs

"Nous envisageons pour réguler la demande, de délivrer des attestations", a annoncé le ministre ce mardi, précisant toutefois que cette solution devait "encore trouver arbitrage inter-ministériel". Cette hypothèse avait déjà été émise la veille par Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France. Elle réclamait par ailleurs la mise en place d'une amende de 135 euros pour défaut d'attestation employeur ainsi que des "renforts" en forces de l'ordre ou de sécurité dans les gares pour mieux filtrer les usagers. Ni l'un ni l'autre n'ont cependant précisé si l'attestation employeur serait à présenter seulement pour voyager aux heures de pointes, ou pour tout trajet dans la journée.

Il faut dire que le défi est de taille : il s'agit de prendre en charge l'un des flux les plus importants d'Europe, avec 5 millions de personnes chaque jour en temps normal. Si 30% des transports circulent actuellement, dès la semaine prochaine, cela passera à 70% en moyenne, selon Jean-Baptiste Djebbari.

Lire aussi

Pour combien de temps ?

Parmi les acteurs associatifs du secteur, l'annonce est accueillie plutôt favorablement. "Je ne vois pas d'autres solutions", explique Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des usagers de transports. "Il faudra imposer que les heures de pointes soit réservées à ceux qui travaillent, donc il faudra que les gens se munissent d'un certificat de travail". Et ce, en plus de l'encouragement au télétravail et aux horaires décalés dans les entreprises.

"Malheureusement nous y serons un peu contraints, nous sommes face à des transports en commun saturés en Ile-de-France, donc nous ne voyons pas bien comment tous rentrer dans le métro en respectant les distances", estime également Arnaud Bertrand, président de l'association d'usagers Plus de trains. Seul problème selon lui : cette attestation de plus "c'est un peu infantilisant, cela veut dire des sanctions alors que 99% des usagers cherchent à bien faire". Pour l'association, la confiance et la responsabilité civile peuvent suffire. "Si nous ne pouvons pas faire sans, faisons le, mais n'hésitons pas à la mettre juste quelques semaines et à ne pas rester des mois avec", demande Arnaud Bertrand.

Sur le même sujet

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.