Déconfinement : elles rouvrent au public, mais qu'est-ce que ce concept de "plage dynamique" ?

Déconfinement : elles rouvrent au public, mais qu'est-ce que ce concept de "plage dynamique" ?
Population

SÉCURITÉ - Certains préfets ont ou vont autoriser la réouverture des plages françaises cette semaine en mode "dynamique". LCI revient sur cette notion peu connue encore dans l'Hexagone.

Surfeurs, baigneurs, marcheurs et plaisanciers vont pouvoir reprendre dès samedi, sous conditions, le chemin de centaines de  plages du littoral, depuis celles du Nord jusqu'au Pays Basque. Ce retour sur le sable, après deux mois d'interdiction, se fait en "en mode actif" ou "dynamique", condition sine qua non à ces réouvertures au public. On vous explique ce  concept ainsi que ce qu'il est possible de faire et ce qui demeure toujours proscrit. 

Interdiction de "stationner"

Ce concept au drôle de nom de "plage dynamique" ( #SwimandGo, #SurfandGo en anglais) a été emprunté à l'Australie où au Portugal, notamment en raison de la pratique répandue du surf dans ces pays. C'est d'ailleurs la Fédération française de surf qui a importé ce concept en France. Le principe ? La plage doit être fréquentée d'une façon "dynamique". C'est-à-dire que ceux et celles la fréquentant doivent y marcher, y courir ou y glisser selon les pratiques mais jamais n'y stationner. Vous l'aurez compris donc, planche à voile, bodyboard, kitesurf, jogging, surf seront autorisés. 

Sur ces étendues de sables, les rassemblements en tout genre (pique-niques, apéritifs entre amis) sont interdits bien sûr, tout comme le fait de lézarder pendant des heures sur une serviette ou faire des châteaux de sable avec ses enfants. Pour ce qui est de la pêche, les décisions varient selon les préfectures. 

Plusieurs plages ouvertes

Après des semaines d'interdiction,  et à l'appel de plusieurs maires de villes du littoral, des plages françaises ont ainsi pu ouvrir au public à cette condition. Ainsi, des promeneurs ont pu retrouver dès le début de semaine le plaisir de fouler le sable de la plage de La Baule et de Pornichet. 

Dans le Pas-de-Calais, une vingtaine de plages sont à nouveau accessibles notamment celles du Touquet, de Berck, de Boulogne-sur-Mer, de Sangatte et de Calais, entre 8 heures et 21 heures. 

Seules les activités suivantes peuvent être pratiquées : promenade, activité sportive individuelle telle que la course à pied, vélo, pratique du char à voile, balade à cheval, activités nautiques (kite surf, planche à voile, paddle, longe côte, baignade), pêche à pied et l'utilisation d’engins non immatriculés dans la bande des 300 mètres, a indiqué le préfet dans un communiqué.

En revanche, il rappelle que "toute présence statique, assise ou allongée, est interdite sur la plage. La pratique du pique-nique et l’accès à des aménagements tels que chalets, cabines de plage sont interdits. L’accès des personnes à la plage ne saurait conduire à la création d’un rassemblement regroupant plus de 10 personnes". Donc inutile de penser à faire une partie de foot ou de volley sur le sable.

Sur le littoral girondin, l'ouverture en mode dynamique est prévue ce 16 mai, avec un accès restreint de 6 heures à 19 heures. 

En Ille-et-Vilaine, la préfecture a elle aussi autorisé l'ouverture de certaines plages, en mode dynamique. A Dinard par exemple, les plages de l’Ecluse, de Saint-Enogat, du Port-Blanc, du Prieuré pourront rouvriront dès samedi 8 heures et seront accessibles jusqu'à 20 heures. "Sur ces quatre plages, baignades, promenades, pêche à pied (même dans les rochers), et toute activité individuelle (planche à voile, kayak…) seront autorisées. S’allonger, s’asseoir, manger ou boire sur le sable ou encore y promener un animal, sera par contre proscrit et passible d’une contravention d’un montant de 135 euros", détaille la mairie de Dinard.

Des plages vont aussi rouvrir samedi sur le littoral méditerranéen, mais que ce soit à Nice, Cannes, Palavas-les-Flots ou Argelès-sur-Mer, elles seront réservées à la baignade et la promenade, a appris l'AFP vendredi de sources préfectorales. La station balnéaire héraultaise de La Grande-Motte testera quant à elle une "plage statique", une première nationale, à partir du 21 mai, jeudi de l’Ascension.

Les contrevenants pourront être verbalisés

Toute l'info sur

Vacances d'été : l'ombre du coronavirus

EN IMAGES - La Grande Motte, La Baule... le retour des Français à la plage en 10 photosCARTE - Quelles sont les plages ouvertes sur les côtes françaises ?

Comme pour toute infraction, toute personne qui ne respecterait pas les consignes données par les autorités pourra être verbalisée. Le montant de l'amende s'élèvera à 135 euros. Les forces de l'ordre redoutent notamment, avec le jeudi de l'Ascension et le lundi de Pentecôte, l'arrivée en nombre de touristes. Des renforts pourraient être déployés pour l'occasion, pour sécuriser et contrôler ces plages. Dans les Pyrénées-Atlantiques, des policiers municipaux, mais aussi des "ambassadeurs des plages" circuleront dès samedi matin. La gendarmerie survolera l'ensemble des plages chaque semaine pour prendre des clichés et surveiller "la manière dont la plage est occupée", a prévenu le préfet Eric Spitz.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent