Les auto-écoles reprennent du service : "On ne force personne à reprendre et on rassure"

Les auto-écoles reprennent du service : "On ne force personne à reprendre et on rassure"

LE CODE A CHANGE - A compter de ce mercredi 13 mai, les auto-écoles peuvent rouvrir après deux mois d'inactivité, dans le respect des normes sanitaires. Un moniteur nous explique le déroulement des leçons de conduite et les nouvelles règles inhérentes.

Un vrai soulagement. Alors qu'elles n'avaient pas été autorisées à rouvrir lundi, les auto-écoles, dont l'activité était au point mort depuis le début du confinement le 17 mars, peuvent finalement reprendre leur activité dès ce mercredi, après le feu vert du ministère de l’Intérieur. "On a rouvert aujourd’hui, les leçons de conduite ont repris, le bureau est ouvert" confirme à LCI Nassim, enseignant de conduite à l'ECF Paris 12. 

Seulement voilà, comme convenu, les codes ont changé : dans le respect des mesures sanitaires, les enseignants seront équipés de visières, les élèves de masques pour les leçons de conduite et des kits individuels ont été remis à l’équipe enseignante avec masque, gel, lingette désinfectante, housse de protection pour les voitures jetable par élève, gel hydroalcoolique dans chaque voiture et dans la poche de l'enseignant, sac poubelle disponible à chaque fin de leçon... Dans les locaux, marquage au sol, distance entre chaises, gel hydro-alcoolique, poubelles à sac, y compris dans la classe de code qui d'ordinaire permet de recevoir 14 élèves et qui, nous confirme l'enseignant, n'a pas encore été rouverte. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

On a été au-delà du protocole- Nassim, moniteur d'auto-école à Paris

Pas pratique donc mais c'est la seule façon de reprendre l'activité : "Ce matin, les enseignants ont repris avec cet équipement et les élèves sont venus avec leurs masques." Si ces derniers les oublient, l'auto-école se propose de fournir, "à prix coûtant" précise-t-il, un masque, une visière, un gel hydro-alcoolique... Et se dit donc en pleine mesure d’assurer la sécurité sanitaire à bord des voitures. 

Avant de reprendre la leçon de conduite, l’élève est ainsi averti via une campagne de mailing des nouveaux horaires et des nouvelles dispositions : "On ne force personne à reprendre les leçons dès ce mercredi. On donne les nouvelles règles de conduite, on le rassure et en fonction, il reprend". Des procédures de réception ont par ailleurs été écrites, notifiées, signées par les élèves comme par les enseignants sur le comportement en agence comme pour le comportement en voiture : "On a même été au-delà du protocole" poursuit notre interlocuteur. "Quand l’élève a fini sa leçon de conduite, il doit lui-même désinfecter le poste de conduite."

Lire aussi

Distance impossible dans la voiture, visières peu pratiques...

Si tout est précautionneusement mis en oeuvre pour rassurer l'élève, subsistent des points de crispation, susceptibles d'échauder les récalcitrants comme, par exemple, la distance d'un mètre, fatalement impossible à maintenir dans le cadre d’une leçon de conduite : "Les masques s'avèrent un rempart idoine à cette crainte" rassure Nassim. "En position de conduite, l'élève et le moniteur ne sont pas l’un face à l’autre, ils regardent tous les deux la route, ils sont face à un pare-brise donc les risques sont nettement amoindris." 

Autre point suscitant une vive appréhension, le port d'une visière, sujet qui a fait débat selon le président du réseau d’écoles de conduites ECF mardi et finalement rejeté chez l'élève conducteur pour des raisons de visibilité et de praticité : "L'élève n'a pas de visière imposée, son port ne concerne que l'enseignant" confirme le moniteur. "S'il en souhaite une, il peut la demander directement à l'auto-école mais il faut savoir qu'aucun décret n'impose ce port, c’est de l’ordre de la proposition. La seule obligation pour lui reste le masque." 

Les auto-écoles ayant rouvert ce mercredi matin, on ne peut pas dire cinq minutes après si l'utilisation de la visière marche ou pas.- Nassim, moniteur d'auto-école à Paris

Certes mais faut-il craindre le port de la visière à l'avenir ? "Les problèmes éventuels avec les visières ne pourront s’identifier dans un temps futur" relativise-t-il. "Les auto-écoles ayant rouvert ce matin, on ne peut pas dire cinq minutes après si l'utilisation de la visière marche ou pas, il faut attendre pour tirer des enseignements. Pour l’heure, l'élève a un arsenal prévu dans la voiture pour se protéger autrement." 

L’enseignant mise sur la responsabilité des futurs conducteurs qui "sauront se protéger comme des grands" : "La prise de conscience est collective, on a eu deux mois pour préparer cette reprise afin de mettre tout le monde en confiance et, pendant cette période de latence, on a eu beaucoup de demandes d'élèves souhaitant reprendre la conduite. Tout ce que je peux vous confirmer à ce stade, c'est que ce mercredi matin, les élèves étaient heureux de reprendre rapidement une activité, de retrouver une vie normale" conclut Nassim. 

Selon l’échéancier envisagé par le gouvernement et les professionnels, les examens pratiques permettant d’obtenir le permis B pourraient être de nouveau organisés à partir du 2 juin.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France impose un test aux voyageurs européens

La baisse des livraisons de Pfizer est-elle liée à une nouvelle stratégie de vaccination ?

Procédure de destitution : les étapes qui attendent Donald Trump

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

"Du jamais vu" : ces produits soldés comme jamais avec la crise du Covid

Lire et commenter