Un million d'élèves retournent à l'école, nouvelle journée test du déconfinement

Un million d'élèves retournent à l'école, nouvelle journée test du déconfinement

DECONFINEMENT - Ce mardi 12 mai marque la reprise des cours en France dans la grande majorité des écoles primaires. Un redémarrage progressif qui suscite des craintes.

C'est le jour J pour un million et demi d'élèves qui reprennent ce mardi le chemin de l'école, après huit semaines confinés à la maison. Une remise en marche progressive et strictement encadrée qui suscite de nombreuses craintes alors que l’épidémie de coronavirus (covid-19) est toujours active en France. Le gouvernement entend poursuivre la levée progressive du confinement qui a débuté lundi avec la réouverture de nombreux commerces et la fin de restrictions de déplacement imposées aux Français depuis 55 jours.

"Pour l'instant ça se présente bien, même si c'est très différent de ce qu'on a l'habitude de connaître et on est dans quelque chose de tout à fait inédit", a admis lundi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, défendant une décision dictée par la volonté "de faire revenir ceux qui (se) sont les plus éloignés de l'école" pendant le confinement. Pour répondre aux craintes des enseignants et des familles, les 40.000 écoles maternelles et primaires qui rouvrent leurs portes seront soumises à un strict protocole sanitaire afin d'éviter toute nouvelle flambée de l'épidémie

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Je n'y vais pas de gaieté de cœur, je suis un peu stressée et inquiète car c'est une reprise dans des conditions inédites.- Marie, institutrice.

Lavage de mains à répétition, port du masque recommandé pour les enseignants, respect des gestes barrières, limitation du nombre d'élèves par classe, etc. Le protocole sanitaire établi par l'exécutif n'a pas suffi à rassurer les enseignants et leurs syndicats qui dénoncent une rentrée prématurée. "Je n'y vais pas de gaieté de cœur, je suis un peu stressée et inquiète car c'est une reprise dans des conditions inédites", témoignait Marie, institutrice dans une école élémentaire du Vaucluse, à la veille de la rentrée. 

Très remontés, les syndicats rappellent que le conseil scientifique chargé d'éclairer le gouvernement s'était lui-même prononcé pour la fermeture des établissements jusqu'en septembre. "Pourquoi avons-nous commencé par les enfants les plus jeunes pour mettre en place le déconfinement alors qu'on sait que c'est là que les gestes barrières sont les plus difficiles à appliquer?", s'est interrogée lundi Francette Popineau, secrétaire générale du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire.

Début mai, 332 maires de communes d’Île-de-France, dont Anne Hidalgo à Paris, avaient déjà dénoncé dans une tribune commune un "calendrier intenable et irréaliste".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne interdite à Paris maintiennent leur appel

EN DIRECT - Fin de la traque dans les Cévennes : le suspect en garde à vue pour "assassinat"

VIDÉO - "Une femme libérée et de pouvoir" : Amandine Petit a défilé en Marianne à Miss Univers

"Excusez-moi, je me rends" : la fin de cavale du fugitif des Cévennes, "affaibli et hagard"

Retarder l'administration de la deuxième dose du vaccin Pfizer améliore l'immunité, selon une étude anglaise

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.