"Déconfinement", "télétravailler"... Le champ lexical du coronavirus entre dans le dictionnaire

"Déconfinement", "télétravailler"... Le champ lexical du coronavirus entre dans le dictionnaire

VOCABULAIRE - A l'occasion de la présentation ce jeudi de l'édition 2021 du Petit Robert, ses rédacteurs ont annoncé l'entrée de plusieurs mots qui se sont imposés dans l'usage courant ces dernières semaines, avec la crise du Covid-19.

"Parfois, tout s’emballe, et des mots qu’on n’avait pas forcément vus venir s’imposent massivement dans l’usage courant." A l'occasion de la présentation ce jeudi de l'édition 2021 de leur dictionnaire, les rédacteurs du Petit Robert ont annoncé l'entrée de plusieurs mots directement liés à la crise sanitaire actuelle, sur toutes les lèvres mais jusque là absents du lexique.

"C’est ce qui arrive avec les mots 'covid', 'déconfinement' (...) 'télétravailler' ou encore 'téléconsultation', passés dans l’usage quotidien avec la même brusquerie et la même rapidité que la pandémie à laquelle il nous faut faire face", ont poursuivi ces derniers.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Des définitions complétées

"Covid", mot masculin ou féminin, précise le Petit Robert ou "déconfinement" ne seront insérés que dans les éditions numériques du Robert. Il faudra encore un peu patienter pour les trouver dans la version papier.

Plusieurs définitions ont par ailleurs été complétées. Ainsi, au mot "barrière" est venue s'ajouter l'expression "geste, mesure barrière" (précaution prise dans la vie quotidienne pour limiter la propagation d’un virus, d’une maladie). A la définition de "cluster", on trouve aussi désormais "foyer épidémique".

Des mots venus de la francophonie

Les mots nouveaux de la version papier de l'édition 2021 du Petit Robert (en librairie à partir du 4 juin) ne se limitent pas à la sphère sanitaire. Parmi les mots nouveaux on relève "cloud", "collapsologie" ou "sexto". Et i beaucoup de nouveaux mots sont d'origine anglo-saxonne, on se régale avec les mots venus de la francophonie.

On apprend ainsi qu'en Belgique, lorsqu’il fait "douf", c’est que le temps est lourd. On qualifie de "nareux" ceux qui se montrent difficiles quant à la propreté de la nourriture et des couverts. Un "succès bête" est un succès considérable, alors qu’un "bête papier" est un papier ordinaire, sans importance.

En Suisse, on peut être "déçu en bien", c’est-à-dire agréablement surpris, et "bobet" signifie "idiot, nigaud". Au Canada, "se désâmer" veut dire "se donner beaucoup de mal". Une personne "bête" est méchante ou désagréable. "Partir à l’épouvante", c’est partir à toute vitesse. Certains découvriront aussi que les Canadiens disent "ça prend" pour "il faut" et que "faire un petit velours à quelqu’un", c’est lui faire plaisir.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - 100.000 morts du Covid : "Nous n’oublierons aucun visage, aucun nom", promet Emmanuel Macron

Avec 100.000 morts du Covid, où la France se situe-t-elle dans le monde ?

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Lire et commenter