RER B : trafic perturbé, quais bondés et ambiance surchauffée ce jeudi

RER B : trafic perturbé, quais bondés et ambiance surchauffée ce jeudi
Population

COMBO - Le trafic sur la ligne B du RER en région parisienne est "extrêmement perturbé" ce jeudi suite au déraillement d'une rame, alors même que la circulation sur la route est alternée afin de limiter la pollution dans la région.

On n'avait pas vu ces images depuis les grèves des transports. Alors qu'on ne cesse d'exhorter les Français à respecter les mesures sanitaires, dont les distances physiques, de nombreux Franciliens ont dû s'amasser dans des navettes bondées ce jeudi 25 juin suite au déraillement d'un RER B qui a fortement perturbé le trafic. 

Quatre trains par heure

C'est l'une des lignes les plus utilisées de France. Avec environ un million de passagers transportés chaque jour en Ile-de-France, chaque retard ou annulation créé une surfréquentation sur les rames suivantes. C'est donc sans surprise que les usagers ont découvert des quais bondés ce matin. Alors qu'une voiture de l'arrière d'un train est sortie du rail mercredi soir vers 19h, la RATP avait prévenu que le trafic serait "extrêmement perturbé" ce jeudi. Désormais, un seul un train circule toutes les 17 minutes entre Denfert-Rochereau et Gare du Nord et avec une fréquence de 15 minutes entre Laplace et Massy-Palaiseau, Laplace et Saint-Rémy Les-Chevreuse et entre Robinson et Bourg-la-Reine. Il faut donc s'armer de patience et attendre sur des quais ensoleillés en plein pic de chaleur pour espérer se déplacer. 

Pour ceux qui voudraient trouver un autre mode de transport, la RATP a mis en place un service de bus de substitution entre Laplace et Denfert-Rochereau. Seulement, cette solution fait peser sur ces petites navettes tout le poids du trafic d'une ligne habituellement surchargée. Résultat : des centaines de passagers bloqués se sont entassés dans ces véhicules... Une situation qui ne permet aucun respect des distances physiques. Et qui est d'autant plus invivable que ce matin, les températures avoisinaient les 25 degrés dans la capitale. 

C'est d'ailleurs surement pour cette raison que certains passagers ont retiré leurs masques comme s'en plaint une internaute sur Twitter, faisant craindre à de nombreux passagers une infection au coronavirus.

Lire aussi

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

Enfin, il y a bien la solution de la route. Avec un thermomètre qui va grimper jusqu'à 34 degrés dans la capitale, la climatisation d'une voiture personnelle pourrait permettre d'éviter aussi bien la chaleur que les perturbations. Mais voilà, c'est justement à cause de ces températures que la circulation sur la route est différenciée. Et donc interdite aux véhicules Crit'Air 3, 4 et 5 afin de limiter la pollution en Ile-de-France. Des conditions aussi bien insupportables pour les usagers que potentiellement dangereuses.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent