Un élevage de chameaux dans les bocages du Nord : le pari gagnant de Julien

Un élevage de chameaux dans les bocages du Nord
Population

PARI - Depuis cinq ans, Julien Job, ancien cavalier, s'est lancé dans l'élevage de camélidés dans le Nord de la France, à Feignies. Un pari payant puisque l'éleveur compte 65 animaux et a pour objectif de commercialiser le lait de chamelles, très prisé pour ses vertus.

Loin des dunes du Sahara, au pays des bocages, à Feignies, dans le Nord, les vaches ont des voisins bien particuliers. Julien Job, propriétaire de La Camélerie, est en effet à la tête du plus grand élevage de camélidés de France, avec près de 65 chameaux et dromadaires. Tous les week-ends, il organise des balades avec ses animaux. Une expérience forcément exceptionnelle pour les visiteurs. "Ce n’est pas un animal qu’on a l’habitude de voir dans le Nord. En plus, ce sont des animaux faciles, donc c’est un super souvenir" indique l’un d’entre eux au micro de TF1.

Un climat idéal pour les animaux

Pour Julien, ces balades n’ont rien d’une corvée pour ses chameaux et dromadaires, mais ont plutôt un effet bénéfique : "Ce sont des animaux qui sont nomades. Dans le désert, ils vont marcher des kilomètres et des kilomètres. Donc en les promenant, on ne leur impose rien. Et je pense qu’il est plus intéressant de les faire marcher que de les laisser tourner en rond dans un enclos." Ce cavalier s’est lancé dans l’aventure il y a cinq ans. Il a fallu tout mettre en place, les infrastructures, l’alimentation.

Dans le Nord, ces camélidés ont trouvé un climat propice à leur bien-être, comme l’explique l’éleveur : "Tout est tempéré, modéré chez nous. Il n’y a rien d’extrême, il ne fait pas excessivement froid ni excessivement chaud. Nous avons les bâtiments pour les rentrer si besoin, il y a de bonnes pâtures, on a tout. C’est génial pour l’élevage." Fort du succès de ses balades dans la région, Julien Job va agrandir son élevage avec 15 naissances cette année et 9 l’année prochaine.

Lire aussi

Le marché du lait de chamelle en ligne de mire

Toute l'info sur

Le 13h

Pour lui, l’enjeu est notamment de pouvoir commercialiser à terme le lait de ses chamelles, réputé pour ses vertus : "Il est hyper-protéiné, riche en oméga 3, en oméga 6. Ce qu’il manque, c’est qu’aujourd’hui on se rende compte que c’est un produit qui a une valeur agricole, et qu’il soit donc reconnu comme un produit agricole et qu’il soit donc destiné à la consommation."

Pour le moment, Julien et les quelques éleveurs de camélidés en France attendent le feu vert du ministère de l’Agriculture. En cas d’accord, un marché alléchant pourrait s’ouvrir à eux. Dans certains pays, le lait de chamelle se vend jusqu’à dix euros le litre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent