Des coupures électriques possibles cet hiver : la fermeture de Fessenheim est-elle en cause ?

Des coupures électriques possibles cet hiver : la fermeture de Fessenheim est-elle en cause ?

VÉRIFICATION - La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a fait savoir ce jeudi que de possibles brèves coupures d'électricité seraient possibles cet hiver, ravivant les critiques contre de la fermeture de la centrale de Fessenheim. Mais celle-ci est-elle vraiment responsable ?

En cas de "grosses vagues de froid" cet hiver, "coupures très courtes" d'électricité seront possibles, a averti la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, tout en assurant qu'"il n'y aura[it] pas de blackout". Sur BFMTV, elle explique que cela est en partie dû à la pandémie de Covid-19 qui a bousculé le planning de maintenance des réacteurs nucléaires au printemps. "Aujourd'hui, on a un problème avec cela, et comme on a 70% de notre électricité qui est liée au nucléaire, quand on a un problème sur le nucléaire, derrière il faut gérer", a-t-elle indiqué.

Face à cette situation, plusieurs voix s'élèvent pour dénoncer, à nouveau, la fermeture de la centrale de Fessenheim, dans le Haut-Rhin. Sur Twitter, le député du département et secrétaire adjoint Les Républicains, Raphaël Schellenberger, fulmine : "Le gouvernement se réfugie derrière la crise sanitaire pour expliquer le risque de coupures d'électricité cet hiver. Dès lors, pourquoi le 2ᵉ réacteur de Fessenheim n'a pas été prolongé, comme proposé par EDF, en juin dernier ? À nouveau, En Marche fuit ses responsabilités..."

Lire aussi

La fermeture de la centrale "pas directement en cause"

Aurait-on dû attendre avant de fermer la centrale fin juin ? La question se pose d'autant plus que Barbara Pompili expliquait ce jeudi matin : "Aujourd'hui s'il y a un degré de baisse d'électricité, c'est l'équivalent de la production de deux réacteurs nucléaires". Deux réacteurs, soit exactement ce dont était équipée la centrale du Haut-Rhin, qui assurait environ 2,3% de la production d'électricité en France. "La ministre ne disait pas que l'on avait besoin de deux réacteurs en plus", corrige le gestionnaire du transport électrique français, Réseau de Transport d’Électricité (RTE), joint par LCI. "Tout dépend de la vague de froid que l'on connaitra cet hiver, et de notre consommation d'électricité. Si on a une très forte vague de froid, nous aurons peut-être besoin de bien plus que deux réacteurs. Et à l'inverse, il se peut qu'il n'en manque pas, en cas d'hiver très doux."

Pour RTE, "la fermeture de la centrale Fessenheim n'est pas directement en cause car elle a été anticipée de longue date". Le problème viendrait donc avant tout de la crise sanitaire, mais aussi de la période de transition énergétique dans laquelle nous nous trouvons. "Cela fait quatre ans que l'on communique sur des hivers tendus, car nous sommes dans une période de transition avec des fermetures de moyens de production polluants du parc thermique et le développement des énergies renouvelables qui est en cours", souligne le gestionnaire.

Des difficultés surtout attendues en février

Dans un communiqué publié ce jeudi, RTE fait savoir que les "difficultés d'approvisionnement en électricité" pourraient survenir "principalement en janvier et, surtout en février", si des températures comprises entre 2° et 7°C en-dessous des normales de saison surviennent sur plusieurs jours consécutifs. "En effet, à la fin du mois de février, 13 réacteurs seront à l’arrêt à la suite du report des programmes de maintenance des réacteurs nucléaires depuis le début de la crise sanitaire", contre deux à quatre les années précédentes, indique le gestionnaire. Il y aura alors environ 10 gigawatts de disponibles en moins par rapport à fin janvier.

En décembre en revanche, RTE se dit confiant sur de potentielles difficultés d’approvisionnement en raison d'une "meilleure disponibilité" du parc nucléaire et "des conditions météorologiques conformes aux normales de saison selon les prévisions à 45 jours". Certains réacteurs, nous explique-t-on, ont en effet été mis à l'arrêt fin août et début septembre par EDF, qui a "réorganisé son planning de maintenances", dans le but de les rendre disponibles cet hiver. À cette période, certaines centrales à charbon avaient été redémarrées à la demande de RTE pour assurer la production. Pour palier à une éventuelle surconsommation, la France sera "peut-être amenée à utiliser des centrales à charbon en début d'année en fonction de la consommation d'électricité et des vagues de froid", précise le gestionnaire.

La coupure, le "tout dernier recours"

En cas de tension sur l'approvisionnement, RTE indique que les coupures temporaires d'électricité seraient "le tout dernier recours" et que celles-ci seraient alors "anticipées", "localisées" et "tournantes". Ces mesures dites de "délestage" consisteraient à priver d'alimentation électrique environ 200.000 foyers à la fois pendant 2 heures, tout en épargnant les installations sensibles comme les hôpitaux. Avant d'en arriver là, elle pourrait mettre à l'arrêt la consommation de certains industriels gros consommateurs d'électricité, ou encore opérer une légère baisse de tension sur le réseau de distribution. La France pourra aussi compter sur ses voisins et importer en cas de coup dur. Une nouvelle interconnexion avec l'Angleterre, IFA2, doit d'ailleurs être mise en service en décembre.

Pour prévenir toute difficulté, RTE appelle les Français à maîtriser leur consommation, notamment grâce au dispositif Ecowatt, développé avec l’Ademe. Cette "météo du système électrique" a pour mission d’aider les Français à consommer mieux et au bon moment. En cas de surconsommation qui pourrait engendrer un risque de coupure dans une région, les utilisateurs s'étant inscrits au système d'alerte peuvent de plus être avertis par SMS ou par email et être informés des éco-gestes à adopter pour l'éviter. Déjà utilisé depuis plus de dix ans en Bretagne et Provence-Alpes-Côte d’Azur, régions historiquement concernées par la sécurité d’alimentation en électricité, l'outil a été étendu à tout le territoire métropolitain. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

EN DIRECT - Covid-19 : Le Maire demande le gel des primes d'assurance pour les restaurateurs

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Vendée Globe : Escoffier possiblement récupéré par une frégate le 7 décembre

Lire et commenter