Des renforts militaires sont-ils envoyés en Martinique pour protéger des centres commerciaux ?

Les déploiements de forces de l'ordre visent à prévenir les heurts impliquant des manifestants anti-chlordécone, très mobilisés ces dernières semaines.

À LA LOUPE – Photos à l'appui, une internaute martiniquaise a dénoncé l'envoi de forces militaires depuis la métropole pour protéger des centres commerciaux. Des affirmations balayées par la préfecture de la Martinique.

La réalité "dépasse la dystopie", s'est émue samedi 15 février une internaute sur Twitter. Martiniquaise, elle a posté une série de messages massivement relayés sur son compte pour dénoncer un envoi de "renforts militaires" sur l'île afin de "protéger des centres commerciaux". 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Avec une image de profil arborant les couleurs des indépendantistes, l'auteure de ces publications s'interroge. Ce déploiement de forces de sécurité pourrait être lié, défend-elle, à l'annonce le 13 février d'un envoi de "moyens supplémentaires" en Martinique par les ministères de l'Intérieur et des Outre-mer. 

Une opération de prévention

Peut-on assurer, comme le fait cette internaute, que des militaires sont envoyés dans l'île ? La préfecture de Martinique explique qu'une telle affirmation est fausse. "Des forces de l'ordre ont été mobilisées lors des deux précédents week-ends", explique-t-elle, "mais il s'agissait uniquement de gendarmes et de policiers." Ils sont environ une centaine à avoir été sollicités, dans le cadre d'une opération de prévention qui visait avant tout à "éviter les heurts et les entraves à la circulation". 

Pourquoi avoir justement choisi des centres commerciaux ? "Il s'agit de lieux visés spécifiquement depuis près de deux mois en Martinique", souligne la préfecture. Des activistes, dénonçant le scandale sanitaire du chlordécone, ont en effet multiplié les blocages aux abords de centres commerciaux, perturbant l'activité économique et entraînant des échauffourées avec les forces de l'ordre. 

Lire aussi

La préfecture en profite pour rappeler que ce déploiement de forces de l'ordre n'a duré "que quelques heures à chaque fois", et qu'elle souhaitait avant tout "une présence visible et dissuasive", qui permette d'éviter les violences "pour toutes les Martiniquaises et Martiniquais". 

Quid des renforts envoyés par l'Intérieur ?

Si l'intervention des policiers et gendarmes est liée à des manifestations observées depuis plusieurs semaines, à quoi fait référence l'internaute qui mentionne des renforts venus de métropole ? Relayée par une série de médias, cette décision a été annoncée officiellement le 13 février. Le communiqué précise que "4 officiers de police judiciaire et 4 personnels déjà habilités au sein de la BAC viendront développer les capacités spécifiques de la police nationale".

"Clairement, cela n'a rien à voir", confirme la préfecture de Martinique. "Les renforts annoncés concernent des membres de la police spécialisés dans le judiciaire", des agents qui devront notamment aider à lutter contre les trafics d'armes. RTL rappelait en effet il y a quelques jours que durant l'été, plusieurs élus de l'île (députés notamment) avaient réclamé "des mesures pour lutter contre la prolifération des armes et la délinquance juvénile". 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : Emmanuel Macron réunit un nouveau Conseil de défense avant son allocution

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

EN DIRECT - États-Unis : le camp Biden salue la mise en place d'un "transfert du pouvoir pacifique"

Évacuation violente à Paris : colère et indignation des élus locaux, Darmanin dénonce des images "choquantes"

Lire et commenter