Deux ans après Gênes, l'état des ponts en France n'a pas vraiment changé

Deux ans après Gênes, l'état des ponts en France n'a pas vraiment changé

DANGER - Il y a deux ans, l'effondrement du pont du pont de Gênes avait soulevé les défaillances dans l'entretien de ces structures, en Italie comme en France. Alors que l'Italie inaugure ce lundi 3 août, le nouveau pont de Gênes, que peut-on dire de l'état des ponts en France ?"

L'accident avait eu lieu en Italie, mais l'effondrement du pont de Gênes qui a provoqué la mort de 43 personnes le 14 août 2018, avait sonné l'alerte en France et soulevé de nombreuses inquiétudes sur l'état des ponts sur le territoire français. A raison, puisque quelques jours avant le drame italien, à Beaumontel, dans l'Eure, un pont menaçait de s'effondrer sur la Risle, parce qu'un de ses piliers ne soutenait plus rien. Un mois et demi plus tard, le viaduc de l’île de Ré en Charente-Maritime devait également faire des travaux. Un câble était sur le point de rompre. Le 18 novembre 2019, l'actualité était plus tragique. Un pont s'effondrait à Mirepoix-sur-Tarn faisant deux morts.

Toute l'info sur

Le 13h

Lire aussi

Entre-temps, le 27 juin 2019, le sénat avait pourtant présenté un rapport alarmant : 25.000 ponts, soit 10% des ouvrages sur le territoire, étaient en mauvais état structurel et posaient alors des problèmes de sécurité. En un an, ce chiffre n'a pas changé confirme ce lundi 3 août 2020 Hervé Maurey, président de la mission d'information sénatoriale sur la sécurité des ouvrages d'art. À quelques heures de l'inauguration du pont de Gênes, le suivi de l'état des ponts français semble toujours être compromis.

Ponts délabrés : le drame des petites communes

Étonnamment, il est difficile de connaître le nombre exact de ponts en France. Le rapport du sénat, faisait état de 200.000 à 250.000 ponts, dont 90% dépendent des collectivités territoriales. La mission d'information avait alors requis la mise en place d'un "Plan Marshall", comprenant le doublement du budget dédié aux infrastructures (de 60 à 120 millions d'euros) à partir de 2020 et un fonds d'aide aux collectivités territoriales doté de 130 millions d'euros par an pendant dix ans, soit 1,3 milliards d'euros au total.

L'Etat prévoit de débourser un tiers du budget total demandé. Hervé Maurey estime que ce n'est pas suffisant pour faire évoluer la situation. "Dans une petite commune, explique-t-il dans un reportage TF1 en tête d'article, on n’a pas des agents qui ont la compétence de suivre l’état de vieillissement des ponts." Il poursuit, "quand c’est une petite commune qui doit faire face à la réparation d’un pont qui coûte entre 500.000 et 1 million d’euros, c’est juste impossible".

Un autre rapport commandé à des experts suisses par Elisabeth Borne en 2018, ministre des transports à l'époque, concluait que sans augmentation importante du budget, 6 % des ponts seront "hors service". Cet été, deux ponts présentaient des risques d’effondrement, l'un à Andelys dans l'Eure et l'autre à Quimper dans le Finistère. Heureusement, les experts s'en sont rendu compte à temps.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

EN DIRECT - Israël/Palestine : plus de 150 morts depuis la reprise des violences, l'essentiel à Gaza

Covid-19 : ces pays européens qui ont déjà assoupli les règles aux frontières pour les touristes

Que devient Abi Bernadoth, le gagnant de "The Voice" ?

Bigard, Lalanne et Chalençon, têtes de file d'une manifestation anti-masques à Lyon

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.