Développement de l'enfant, répartition des rôles dans le couple... 28 jours de congé paternité, qu'est-ce que ça change ?

Développement de l'enfant, répartition des rôles dans le couple... 28 jours de congé paternité, qu'est-ce que ça change ?
Population

NAISSANCE - Le président de la République a annoncé ce mercredi le doublement de la durée du congé paternité, passant de 11 à 25 jours payés par la Sécurité sociale. Avec quelles conséquences sur la vie de famille ? LCI a posé la question à un pédopsychiatre et à un papa de jumeaux.

"C’est un premier pas", se réjouit auprès de LCI Pascal Van Hoorne, papa de jumeaux et fondateur du blog Histoires de papa. Le président de la République a annoncé ce mercredi l’allongement du congé paternité de 11 à 25 jours, en plus des trois jours de congé de naissance auxquels ont droit les salariés. Il sera obligatoire de prendre au moins sept jours de ce congé.

Lire aussi

"Le congé paternité est un outil symbolique, il va infuser et changer petit à petit le système patriarcal, en améliorant l'égalité femmes-hommes au travail et à la maison. Je suis persuadé que l’inégalité femmes-hommes est liée à la parentalité", explique Pascal Van Hoorne. "Le second parent va pouvoir être un meilleur soutien, prendre pour lui plus de charge mentale. On remarque aussi que pour les femmes, le décrochage en terme de rémunération ou d'évolution de carrière se fait au moment de la parentalité. Ce congé parentalité pourrait rendre le 'risque paternité' en entreprise aussi fort que le 'risque maternité' qui handicape les femmes aujourd'hui."

Que les deux parents "trouvent toute leur place auprès de leur enfant"

Interrogé par LCI, le pédopsychiatre Romain Dugravier, directeur du centre de psychopathologie périnatale du Boulevard Brune, insiste également sur le rôle du congé paternité dans la meilleure répartition des rôles dans le couple. "Le but c'est que les deux parents puissent trouver toute leur place auprès de leur enfant. Aujourd'hui, le temps très court du congé incite plus à imaginer ça comme du temps de loisir pour le second parent ou simplement la possibilité d’aider la mère. Le père essayait de construire ce temps au mieux pour que la mère se sente soulagée dans les premiers temps de la relation avec son enfant", explique celui qui fut l'un des auteurs du rapport sur "les 1000 premiers jours" de la vie de l'enfant, qui plaidait pour un congé paternité de 9 semaines.

"La présence du père le premier mois ne va pas modifier le développement de l’enfant, par contre elle peut permettre de changer les points de vue, les considérations des deux parents sur leurs rôles respectifs et à partager. Et ça on peut espérer qu’à terme ça aura un impact sur le développement. Un enfant a besoin de trouver des adultes référents qui vont s’occuper de lui", ajoute Romain Dugravier. "C’est là que se joue la prise de conscience par l’enfant de la capacité qu'ont ses parents à répondre à ses besoins." Il argue également que la présence du second parent aux côtés de la mère lutte contre leur isolement et donc réduit le risque de dépression périnatale. 

Le créateur d'Histoires de papa se félicite également qu'une partie du congé devienne obligatoire, "pour inciter les pères - notamment les plus précaires qui y ont le moins recours - à le prendre. Et pour rappeler aux entreprises qu'il ne s'agit plus d'un gadget, de quelque chose d'optionnel".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : le mode d’emploi des attestations de déplacement

EN DIRECT - Covid-19 : la France officiellement reconfinée

EN DIRECT - Attaque à Nice : le procureur antiterroriste détaille le parcours meurtrier de l'assaillant

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

Reconfinement : voici le nouveau dispositif pour sauver les entreprises

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent