Discriminations : Julien Denormandie préfère les statistiques géographiques aux statistiques ethniques

Discriminations : Julien Denormandie préfère les statistiques géographiques aux statistiques ethniques
Population

EGALITE - Dans une interview au "Parisien", dimanche 14 juin, le ministre du Logement a annoncé plusieurs mesures de lutte contre les discriminations. Et donné son avis sur l'utilisation des statistiques ethniques pour lutter contre ce phénomène.

"Il faut lutter avec une totale détermination contre tout acte raciste quel qu'il soit, où qu'il soit et quelle que soit la personne qui en est l'auteur". Dans son interview du dimanche 14 juin au Parisien, le ministre du Logement Julien Denormandie a annoncé plusieurs mesures pour soutenir ses intentions, dans un contexte de dénonciation massive des discriminations. 

"Il est important, dans le moment que traverse le pays, de montrer qu'aucune forme de discrimination n'a sa place".

"Name and shame" et formations obligatoires

Au travers de l'entretien, au-delà d'un rappel de son soutien à la suppression du mot "race" de la Constitution, ce soutien d'Emmanuel Macron de la première heure a d'abord annoncé qu'il allait relancer une opération de testing auprès des entreprises. Convaincu de l'efficacité du "name and shame", cette idée consistant à publier la liste des entreprises pratiquant la discrimination à l'embauche, Julien Denormandie rappelle qu'une opération aux résultats rendus début 2020 avait permis "d'épingler sept entreprises sur les 40 testées". En envoyant 10.000 candidatures par divers moyens, les services du gouvernement avaient relevé que ces entreprises avaient renvoyé une réponse positive à 12,5% de candidature à consonance française, contre 9,3% pour les candidats avec un nom à consonance maghrébine. Et d'annoncer que les entreprises visées recevraient des sessions de formations et de sensibilisation.

Autre sujet de discrimination régulière, l'accès au logement. Une enquête de SOS Racisme avait démontré en mai 2019 que les candidats d'ascendance subsaharienne, maghrébine ou ultra-marine voyaient leurs dossiers acceptés dans 12%, 15% et 31% des cas. Les candidats d'ascendance européenne, eux, voyaient ce pourcentage grimper à 48%, et ceux d'ascendance asiatique, à 46%. Un état de fait face auquel Julien Denormandie a annoncé la signature d'un décret astreignant "les agences immobilières et associations professionnelles à suivre une formation de lutte contre les discriminations avant chaque renouvellement de leur carte professionnelle, c'est-à-dire tous les trois ans". 

Invité à réagir aux réflexions de sa collègue Sibeth Ndiaye, qui propose la réouverture du débat sur les statistiques ethniques pour pourvoir à ces discriminations persistantes, Julien Denormandie lui préfère un autre instrument pour mesurer la diversité : "Des statistiques en fonction du lieu d'habitation", procédé qu'il juge "moins stigmatisant" et "très performant".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent