"Drame sans précédent" au Niger, démission du gouvernement au Liban... Les 5 infos du jour à ne pas louper

"Drame sans précédent" au Niger, démission du gouvernement au Liban... Les 5 infos du jour à ne pas louper
Population

LE RECAP' - Chaque soir, LCI.fr vous propose une séance de rattrapage de l'actu du jour. Au menu ce lundi : la réaction de l'ONG Acted après l'assassinat de certains de ses humanitaires au Niger, la mise en garde d'un médecin sur une deuxième vague de coronavirus, ou encore la démission du gouvernement du Liban.

Trop occupé à vous rafraîchir à la piscine ou scotché à votre transat à cause de la chaleur, vous n'avez pas eu le temps de suivre l'actualité ? Tout l’été, la rédaction de LCI.fr vous donne rendez-vous chaque fin d'après-midi pour vous résumer l'actu qu'il ne fallait pas louper.

L'attaque au Niger, "un drame sans précédent" pour l'ONG Acted

Au lendemain de l'attaque qui a coûté la vie à huit personnes (dont six Français) au Niger, comprenant sept employés de l'ONG Acted, sa directrice générale a tenu une conférence de presse au cours de laquelle elle a retracé la journée des humanitaires jusqu'au drame. "À 11 heures 30, il y a eu une attaque", a-t-elle indiqué. "En début d'après-midi, nous avons été informés par les gardes forestiers qu'un véhicule d'Acted avait été retrouvé calciné. Un véhicule Barkhane et une ambulance ont été envoyés sur place : ils y ont trouvé huit corps. C'est un acte barbare, inqualifiable et révoltant, un drame sans précédent pour Acted."

Lire aussi

Coronavirus : "le plus à craindre est devant nous", prévient un chef de service de réanimation

Alors que les indicateurs sont à la hausse depuis plusieurs jours, le professeur Djillali Annane, chef du service de réanimation à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), estime que "nous sommes au pied de la deuxième vague". "Le plus à craindre est devant nous", a-t-il alerté sur LCI, "la deuxième vague a démarré il y a une dizaine de jours", et "tout l'enjeu est d'éviter qu'elle prenne des proportions plus importantes que la première." "Si on ne prend pas des mesures drastiques, et notamment la généralisation du masque dans toutes les circonstances où la distanciation physique n'est pas possible", la deuxième vague s'annonce redoutable, a-t-il mis en garde.

Lire aussi

Démission du gouvernement libanais

Près d'une semaine après la double explosion qui a fait au moins 160 morts, plus de 6.000 blessés et détruit une partie de Beyrouth, le Premier ministre du Liban, Hassan Diab, a annoncé en début de soirée la démission de son gouvernement. Plus tôt dans la journée, alors qu'une partie de la population ne cesse de réclamer le départ de l'ensemble des dirigeants, les ministres des Finances, de la Justice, de l'Information et de l'Environnement avaient annoncé qu'ils quittaient leurs fonctions.

Lire aussi

La Biélorussie sous haute tension après la réélection controversée de Loukachenko

Au pouvoir depuis 1994, le président biélorusse Alexandre Loukachenko a remporté l'élection présidentielle avec 80,23% des suffrages, selon des résultats de l'agence d'État. Au lendemain d'une élection tendue, sur fond de violences et d'accusations de fraudes, les détracteurs du pouvoir à Minsk se sont rassemblés par milliers à différents endroits. Selon l'ONG de défense des droits humains Viasna, un mort et des dizaines de blessés ont été recensés lors des affrontements. Des chiffres démentis par le ministère de l'Intérieur biélorusse, qui indique que "plus de 50 citoyens et 39 policiers ont été blessés". L'Union européenne a, quant à elle, demandé "à ce que les votes de l'élection d'hier soient comptés et publiés avec exactitude", tandis que l'Allemagne a émis de "gros doutes" sur la sincérité du scrutin.

Lire aussi

Pas de public pour les 24 Heures du Mans

Organisées les 19 et 20 septembre prochains, les 24 Heures du Mans se dérouleront sans public, en raison des incertitudes face à la pandémie de Covid-19, a annoncé l'Automobile Club de l'Ouest (ACO). Même si la jauge maximale dans les stades en France est de 5.000 personnes jusqu'à la fin août, "les conditions d'accueil propres à notre événement (...) nous ont fait opter, avec la préfecture, pour l'organisation de nos 24 Heures sans public cette année", a regretté Pierre Fillon, président de l'ACO. La crise sanitaire avait déjà eu des conséquences sur cette course mythique, puisque les 24 Heures du Mans devaient initialement se tenir les 13 et 14 juin, avant d'être reportées.

Lire aussi

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Rendez-vous demain pour un nouveau rendez-vous sur LCI.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent