Les 10% les plus riches des Français concentrent la moitié des richesses du pays, selon un rapport de l'Oxfam

Les 10% les plus riches des Français concentrent la moitié des richesses du pays, selon un rapport de l'Oxfam
Population

PARTAGE - Les 2.153 milliardaires du globe détiennent désormais plus d'argent que 60% de la population mondiale, dénonce ce lundi l'ONG Oxfam, qui souligne qu'en France, 7 milliardaires possèdent plus que les 30% les plus pauvres de la population.

Le rapport annuel d'Oxfam sur les inégalités mondiales est traditionnellement publié juste avant l'ouverture, en l'occurrence mardi, du World Economic Forum (WEF) à Davos, en Suisse, rendez-vous traditionnel de l'élite économique et politique du globe. Celui que l'ONG rend public ce lundi survient après une année 2019 marqué par de grands mouvements de contestation sociale, du Chili au Moyen-Orient, en passant par la France. Selon ses chiffres, dont la méthodologie s'appuie sur les données publiées par la revue Forbes et la banque Crédit suisse, mais reste contestée par certains économistes, 2.153 personnes disposent désormais de plus d'argent que les 4,6 milliards les plus pauvres de la planète.

Une concentration qui "dépasse l'entendement"

Par ailleurs, la fortune des 1% les plus riches du monde "correspondent à plus du double des richesses cumulées" des 6,9 milliards les moins riches, soit 92% de la population du globe, une concentration qui "dépasse l'entendement", commente le rapport. Pour ce qui est de la seule France, 7 milliardaires possèdent plus que les 30% les plus pauvres, et les 10% les plus riches des Français concentrent la moitié des richesses du pays, peut-on encore y lire.

Voir aussi

"Le fossé entre riches et pauvres ne peut être résolu sans des politiques délibérées de lutte contre les inégalités. Les gouvernements doivent s'assurer que les entreprises et les riches paient leur juste part d'impôts", affirme, dans le communiqué publié pour l'occasion, Amitabh Behar, responsable d'Oxfam en Inde, et qui représentera l'ONG cette année au Forum de Davos. Pauline Leclère, porte-parole d’Oxfam France, également citée, ajoute : "Les inégalités indécentes sont au cœur de fractures et de conflits sociaux partout dans le monde. Elles ne sont pas une fatalité mais le résultat de politiques qui réduisent la participation des plus riches à l’effort de solidarité par l'impôt, et fragilisent le financement des services publics."

Voir aussi

Principales victimes de ces inégalités : les femmes, "à cause d'un système économique qui les discrimine et les cantonne dans les métiers les plus précaires et les moins rémunérés, à commencer par le secteur du soin", insiste Pauline Leclère. En effet, selon les calculs d'Oxfam, 42% d'entre elles, dans le monde, ne peuvent avoir un travail rémunéré "en raison d'une charge trop importante du travail de soin qu'on leur fait porter dans le cadre privé/familial", contre seulement 6% des hommes. Or, estime encore l'ONG, entre ménage, cuisine et collecte de bois et d'eau dans les pays du Sud, "la valeur monétaire du travail de soin non rémunéré assuré par les femmes âgées de 15 ans ou plus représente au moins 10.800 milliards de dollars chaque année, soit trois fois la valeur du secteur du numérique à l'échelle mondiale".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent