Don du sang : une maman lance un appel à l'aide après la baisse des stocks depuis le début de la grève

Don du sang : une maman lance un appel à l'aide après la baisse des stocks depuis le début de la grève
Population

PÉNURIE - Alors que les stocks de sang sont en baisse depuis le début de la grève, une maman toulousaine s'inquiète pour l'avenir de son fils âgé de 9 ans. Ce dernier, atteint d'une grave maladie de la moelle osseuse, risque en effet de manquer de plaquettes.

Un appel à l'aide comme une bouée à la mer. Alors que la France manque toujours cruellement de sang, la grève qui secoue actuellement le pays n'arrange pas les choses. L'Etablissement français du sang (EFS) a d'ailleurs tiré le signal d'alerte  vendredi 13 décembre, sur RTL, par le biais de son porte-parole, le docteur François Charpentier : "Faute de transports, on a perdu 5000 dons de sang par rapport à ce que l'on aurait voulu faire pour préparer les fêtes de fin d'année qui sont traditionnellement des périodes difficiles pour notre collecte", a-t-il expliqué.

Pendant ce temps, dans le sud-ouest de la France, un autre combat est mené, celui d'une maman inquiète pour son fils Dylan, 9 ans, atteint d'une grave maladie de la moelle osseuse. Depuis un mois, le jeune garçon est pris en charge à l’hôpital toulousain de Purpan pour des transfusions de plaquettes, qui lui sont essentielles pour vivre normalement, rapporte La Dépêche. "Alors qu’un corps humain fonctionne avec 160 000 à 400 000 plaquettes de sang, Dylan n’en a généralement que 19 000, il se fatigue très vite et a des douleurs aux os", explique sa mère, dans le quotidien régional. Sauf que depuis le début de la grève, les choses se compliquent pour la famille. Les perturbations dans les transports dissuadent en effet les habitants d'aller donner leur sang. 

Voir aussi

Si l'hôpital Necker ou Saint-Louis à Paris manquent de plaquettes, il pourrait y avoir des répercussions sur toute la France.- Roxane Boulot, la maman de Dylan

"Mon fils a besoin de transfusions en urgence qui ne peuvent se faire qu'à l'hôpital. En cas de biopsie ou d'une ponction de la moelle, les besoins en plaquettes de sang sont doublement plus élevés", s'inquiète la maman qui redoute que les stocks se retrouvent bientôt à sec. "Si l'hôpital Necker ou Saint-Louis à Paris manquent de plaquettes, il pourrait y avoir des répercussions sur toute la France et les conséquences pourraient être dramatiques pour les enfants", s'alarme-t-elle dans La Dépêche. Les plaquettes de sang maintiennent Dylan en vie : "S'il n'en bénéficie plus, il peut attraper des infections et ce sera rapidement la fin", confie-t-elle. 

Alors pour déjouer le mauvais sort, la jeune mère de famille a lancé un appel sur son compte Instagram : "Les citoyens défendent leur droit en manifestant mais il est aussi de notre devoir en tant que parents de sensibiliser les Français à la baisse du don du sang et à ses conséquences qui pourraient être désastreuses". Et elle ne compte pas en rester là. Prochaine étape :  interpeller Agnès Buzyn, la ministre de la Santé.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent