Fuite des sujets du bac : ce que l'on sait de l'enquête

Population
ENQUÊTE - Les candidats au baccalauréat ont planché vendredi 21 juin sur l'épreuve de mathématiques. Problème : les sujets avaient fuité quelques heures plus tôt. Alors que le ministère de l'Education nationale a annoncé avoir porté plainte, plusieurs personnes ont été placées en garde à vue.

Les interpellations se multiplient. Deux personnes, un homme et une femme nés en 1982, ont été placées en garde à vue jeudi 4 juillet dans l'affaire de fuite des sujets du bac sur les réseaux sociaux. Sur les 21 personnes interpellées depuis le début de la semaine, quatre sont toujours en garde à vue. 

Quelles épreuves ont fuité ?

Vendredi 21 juin, plus de 800.000 candidats au baccalauréat passent les épreuves de mathématiques des séries générales. Peu de temps après le début de l'épreuve, plusieurs établissements parisiens et de la petite couronne avertissent le Service interacadémique des examens et concours (SIEC). Plusieurs lycéens affirment avoir reçu les sujets de mathématiques des  filières L et ES la veille de l'épreuve. 


Refusant d'annuler les épreuves - les cas de fraude ne concernant qu'une zone géographique limitée - le ministère de l'Education nationale porte plainte pour "suspicions de fuites." "Quelques candidats auraient reçu, par des réseaux privés et non pas par des réseaux sociaux, les sujets en amont des épreuves", avait déclaré Jean-Marc Huart, directeur général de l’enseignement scolaire au ministère de l’Education nationale, lors d’un point presse. Le parquet de Paris avait dans la foulée ouvert vendredi 21 juin une enquête pour fraude aux examens, abus de confiance et recel de ce délit. 

D'où vient la fuite ?

Les investigations ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne. Pour l'instant, aucune hypothèse n'est exclue : les sujets se trouvant dans des enveloppes décachetées juste avant le début de l'épreuve, il est possible que le coupable soit quelqu'un qui travaille à l'Éducation nationale ou qui ait réussi à subtiliser les sujets au sein de l'institution. Les 21 personnes ayant été placées en garde à vue depuis mardi matin ont été interpellées en région parisienne et à Marseille. 

Où en est l'enquête ?

Avec l'interpellation de deux nouvelles personnes jeudi, des adultes, la police judiciaire tente d'établir par quel moyen les candidats ont obtenu les sujets. Ils risquent jusqu'à trois ans de prison et une interdiction de passer des examens pendant cinq ans. 


Ce n'est pas la première fois que des lycéens parviennent à obtenir les sujets du bac en amont. En 2011, quatre jeunes ont été condamnés en 2018 à trois et quatre mois de prison avec sursis après des fraudes concernant l'épreuve de maths du Bac S de 2011. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter