Etats-Unis : l'Etat du Massachusetts interdit toute vente de cigarettes électroniques

Population

SANTE - Pour la première fois, un Etat américain, le Massachusetts, a décidé l'interdiction totale et temporaire de la vente de cigarettes électroniques. La ville de San Francisco avait pris une décision similaire en juillet. Aux Etats-Unis, 530 cas de pathologies pulmonaires, dont 7 décès, ont été répertoriés.

L'Etat du Massachusetts déclare l'état d'urgence sanitaire contre le vapotage. Le gouverneur de ce territoire, Charlie Baker, a annoncé mardi l'interdiction temporaire de la vente de toutes les cigarettes électroniques. L'interdiction prend effet immédiatement et est valable jusqu'au 25 janvier 2020. 

Une décision qui va au-delà de celles prises par les Etats de New York et du Michigan, qui n'avaient suspendu que la vente de e-liquides aromatisés. La ville de San Francisco avait toutefois pris une mesure similaire en juillet dernier.  Mardi, le comté de Los Angeles a en outre adopté un texte suspendant la commercialisation des cigarettes aromatisées. 

Le gouverneur a souhaité cette suspension "pour que nous puissions travailler avec nos experts médicaux afin d'identifier ce qui rend les gens malades et comment mieux réglementer ces produits pour protéger la santé de nos administrés", indique un communiqué. 

Lire aussi

530 cas de pathologies pulmonaires

Cette nouvelle décision a été prise alors que les Etats-Unis font face à une vague de pathologies pulmonaires contractées par des personnes qui utilisent des cigarettes électroniques. Jusqu'ici, 530 cas, confirmés ou probables, ont été répertoriés par les autorités sanitaires, qui font état de 7 décès, selon le dernier bilan des Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Les CDC rappellent que les suspicions portent notamment sur des liquides contenant du THC, substance active du cannabis, du CBD (un autre cannabinoïde), ou d'autres substances et additifs.

Dans le Massachusetts, trois cas confirmés et deux probables ont été signalés, mais ceux d'une cinquantaine d'autres personnes sont en cours d'analyse. L'Agence de contrôle des produits alimentaires et des médicaments étudie actuellement des échantillons suspects mais elle n'a pas encore pu identifier quelles substances pourraient être à l'origine de ces pathologies. 

Le 11 septembre, Donald Trump a annoncé que des mesures similaires seraient prises au niveau fédéral. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter