Exilé en Italie, l'écrivain accusé de viols sur mineur Gabriel Matzneff dit se sentir "comme un mort-vivant"

Affaire Matzneff : le procureur lance un appel à témoins
Population

Toute L'info sur

L’affaire Gabriel Matzneff, écrivain accusé de pédocriminalité

EN EXIL - Poursuivi par la justice française, l'écrivain Gabriel Matzneff s'est réfugié en Italie depuis la publication du livre de Vanessa Springora, "Le Consentement", et les accusations de pédocriminalité à son encontre. Dans un entretien publié ce mardi par le New York Times, il s'estime lâché par ceux qui l'avaient autrefois soutenu et "ne renie aucun de ses écrits".

Alors que le procureur de Paris, Remy Heitz a lancé un appel à témoins pour retrouver des "victimes", dans le cadre de l'enquête ouverte visant Gabriel Matzneff, pour viols sur mineurs de moins de 15 ans, le New York Times publie ce mardi un article intitulé "Un écrivain pédophile - et l'élite française - sur le banc des accusés". Un texte issu d'une rencontre avec l'auteur, réfugié sur la Riviera italienne, où, dit-il, il n'arrive "ni à dormir ni à écrire", se sentant comme "un mort vivant, un mort marchant, marchant le long du front de mer". 

Lire aussi

Le quotidien américain rappelle dans les détails, l'ascension, les largesses dont il a bénéficié, et enfin, sa chute, suite à la publication du livre duquel tout est parti, "Le Consentement" de Vanessa Springora. Un livre ressenti comme une déflagration dans le milieu de l'édition. "M. Matzneff n’a pas l’habitude de se cacher. Longtemps il a été célébré parce qu’il ne cachait rien, justement, ni sa chasse aux jeunes filles devant les collèges parisiens, ni ses rapports sexuels avec des garçons de huit ans aux Philippines", écrit le journal.

"Aucun remords"

Aujourd'hui, lâché de toutes parts, l'écrivain dit se sentir "très, très seul". Les soutiens d'avant "témoignent de leur lâcheté", dit-il. Il pointe aussi du doigt ceux qui veulent le juger. "Qui sont-ils pour juger leurs semblables ? Ces associations pour la vertu, comment couchent-elles, qu’est-ce qu’elles font au lit et avec qui couchent-elles, quels sont leurs désirs secrets et refoulés ?", demande l'écrivain.  

Lire aussi

Le journaliste explique que Matzneff est "déconcerté par le brusque revirement culturel en France et par sa chute précipitée". "Il n’exprime aucun remords vis-à-vis de ses agissements et ne renie aucun de ses écrits", écrit le New York Times. Déconcerté, Matzneff l'a aussi été lorsqu'il a appris que le livre de Vanessa Springora, avait été décidé lorsqu'il a reçu le prix Renaudot. "Moi qui n’ai jamais eu de prix important, elle aurait dû être heureuse pour moi. Mais ça l’a mise en colère", s’étonne-t-il. 

Une enquête a été ouverte par le parquet le 3 janvier au lendemain de la parution du roman "Le Consentement" dans lequel l'éditrice Vanessa Springora dénonçait sa relation sous emprise avec l'écrivain Gabriel Matzneff quand elle était mineure, dans les années 80. Depuis la parution de l'ouvrage, Matzneff est réfugié en Italie et ne sait pas "quand il rentrera à Paris".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent