Explosion rue de Trévise : un élu parisien déclenche la polémique sur la qualité du réseau de gaz

Population

Toute L'info sur

Explosion rue de Trévise à Paris

GAZ - Au lendemain de l'explosion de la rue de Trévise qui a fait 4 morts et cinquante blessés, un élu du VIe arrondissement de Paris alerte sur "l’état de vétusté avancé" du réseau de distribution de gaz dans la capitale. GRDF a répondu qu'il était "trop tôt pour identifier les causes". L'enquête, elle, n'a pas encore pu établir les responsabilités dans ce drame.

"En tant qu'élu, je souhaite simplement rappeler des réalités que les Parisiennes et les Parisiens ne connaissent pas forcément". Alors que l'enquête judiciaire se poursuivait au lendemain de l'explosion meurtrière rue de Trévise pour éclaircir l'origine du sinistre, un élu du VIe arrondissement a alerté sur "l’état de vétusté avancé" du réseau de distribution de gaz à Paris, auquel s'ajoutent parfois "des problèmes de signalisation".

"Les Parisiens et les Parisiennes ne sont pas forcément conscients de cette vétusté", a insisté ce dimanche au micro de LCI, Alexandre Vesperini, conseiller de Paris et membre de la commission supérieure du contrôle du gaz, assurant ne "surtout pas souhaiter lancer de polémique." Et de détailler : "il se trouve que ce réseau a été constitué en grande partie à la fin du XIXe et au debut du XXe siècle à une époque ou le gaz, c'était très performant, très moderne. Mais ce réseau est confronté au vieillissement." 

Si le réseau de gaz parisien est en cours de rénovation, le projet n'avance pas assez rapidement selon l'élu. "GRDF fait un gros travail", a-t-il tout de même souligné. Mais selon lui,  il convient de "continuer à accélérer le renouvellement du réseau" et de "faire un effort de transparence et de pédagogie sur la qualité et l’état d'avancement du renouvellement".

Lire aussi

Le plus grave accident depuis plus de 10 ans

Ce dimanche, dans un communiqué de presse relayé sur Twitter, GRDF a réagi aux propos d'Alexandre Vesperini : "GRDF s’inscrit en faux quant à ces déclarations et tient à rappeler que le réseau de gaz parisien fait l'objet d'une surveillance permanente et d'un contrôle rigoureux."  

Il est "trop tôt pour identifier la cause de cet accident", a indiqué à  l'AFP Christian Buffet, directeur exécutif de GRDF, précisant que le groupe se  tenait à la disposition des enquêteurs afin qu'un tel drame "ne puisse pas se  reproduire". Il s'agit d'un "accident assez exceptionnel, le plus grave et avec la plus  grande ampleur depuis plus de dix ans", a-t-il poursuivi.

1938 km de réseau de gaz dans Paris et 500.000 clients

"Le réseau de gaz parisien fait l'objet d'une surveillance permanente et  d'un contrôle rigoureux" se traduisant par "plus de 50 millions d'euros  investis annuellement et 40 km de réseaux renouvelés chaque année dans Paris  pour assurer son exploitation dans des conditions de sécurité optimales",  avance dans un communiqué GRDF, qui exploite 1.938 kilomètres de réseau à Paris  où il compte 500.000 clients.

Le groupe a par ailleurs confirmé à l'AFP être partie prenante de trois  dispositifs d'aide aux sinistrés et victimes, conjointement avec la mairie de  Paris, mis en oeuvre en cas d'accident dont la cause supposée est le gaz: le  relogement d'urgence pour 48 heures, la prise en charge des besoins de première  nécessité et enfin la mise en place d'une commission d'indemnisation pour les  commerçants. GRDF recommande par ailleurs aux sinistrés de prendre rapidement contact  avec leurs assureurs afin que, le cas échéant, ils puissent bénéficier de la  prise en charge des frais de logement au-delà de 48 heures.

En vidéo

Explosion rue de Trévise : "L'heure est au receuillement, pas aux polémiques"

Invitée à s'exprimer sur cet état des lieux supposé alarmant du réseau gazier parisien, la maire LR du 9ème arrondissement de Paris,  Delphine Bürkli, a estimé que la polémique était prématurée. "L'heure est au recueillement, à l'accompagnement des victimes, l'heure n'est pas aux polémiques", a-t-elle réagi ce dimanche au micro de LCI.

En vidéo

Gaz : deux incidents en France chaque semaine

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter