Face à la crise sanitaire, les hôpitaux pourront recourir plus facilement aux médecins étrangers

Coronavirus : 4000 à 5000 médecins étrangers attendent pour prêter-main forte

SOIGNANTS - Le gouvernement va assouplir les conditions d'exercice des médecins étrangers dans les établissements de santé afin de faire face au Covid-19, selon une note publiée sur le site du ministère de la Santé. La mesure concerne des médecins qui n'avaient pas encore reçu une autorisation d'exercer et ils ne pourront pas exercer de fonctions médicales.

Des médecins étrangers en renfort face au coronavirus. La France va assouplir les conditions d'exercice pour des soignants hors Union européenne qui n'avaient pas encore d'autorisation d'exercer, selon une fiche publiée sur le site du ministère de la Santé. 

Cette fiche intitulée "communication sur les possibilités pour les établissements de santé de recruter des praticiens à diplôme hors Union européenne dans le cadre du Covid-19", datée du 8 avril et publiée lundi, prévoit que ces praticiens puissent exercer au sein des établissements de santé, et tout particulièrement les hôpitaux publics particulièrement sous pression face au Covid-19.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Fonctions non médicales

La note du ministère précise que cet assouplissement concernera au premier chef "les praticiens qui ne sont pas actuellement en exercice et qui n'ont pas encore satisfait à la procédure d'autorisation d'exercice". Il s'agit de praticiens qui ont déjà tenté les épreuves de vérification des connaissance pour obtenir une équivalence en France mais qui n'ont pas réussi le concours durant les trois dernières années. 

Ces derniers pourront, par dérogation en raison du contexte sanitaire, exercer des fonctions "non médicales" au sein des hôpitaux. Pour cela, ils devront au préalable déposer un dossier auprès des Agences régionales de santé, qui les mettront en relation avec les établissements demandeurs. 

Ils pourront occuper des fonction d'appui auprès des équipes soignantes (aide-soignant, accueil et orientation...) dans le cadre de contrats de travail conclus avec les établissements. 

4000 à 5000 praticiens déjà en exercice

Entre 4.000 et 5.000 praticiens diplômés hors UE officient déjà comme non titulaires dans des établissements français, généralement dans les hôpitaux publics, et souvent dans des conditions de rémunération précaires. 

Le gouvernement avait déjà publié, le 1er avril, un décret autorisant médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes et pharmaciens diplômés hors UE à exercer dans certains territoires d'Outre-mer, "tant que demeure en vigueur dans les territoires l'état d'urgence sanitaire". 

Les médecins étrangers ayant la qualité de réfugié peuvent, eux, toujours être recrutés par les établissements publics sous un statut de contractuel, sans avoir passé les épreuves de vérification de connaissances. 

Situation similaire en Allemagne

En Allemagne, où les médecins étrangers sont déjà particulièrement présent au sein des hôpitaux - on compte notamment près de 300.000 Polonais en exercice comme médecins ou infirmiers -, le recours à des praticiens originaires de pays hors UE est déjà une réalité. 

Pour faire face au Covid-19 et à la pénurie de soignants, souvent touchés par le virus, les autorités sanitaires allemandes ont fait appel à des praticiens d'origine syrienne. En Saxe, une campagne a été lancée pour appeler en renfort les milliers de réfugiés arrivés dans le pays en 2015. En Allemagne, près de 14.000 médecins syriens seraient potentiellement mobilisables, des praticiens attendant l'approbation de leur qualification. 

Le ministère allemand de la Santé étudie, comme en France, les possibilités juridiques permettant d'assouplir les conditions d'exercice pour ces médecins souvent désireux de participer à l'effort commun contre le Covid-19.

Les Nations unies et le Conseil de l'Europe ont appelé mardi, dans un communiqué commun, les pays européens à faire appel aux réfugiés qui sont des professionnels de la santé afin de soutenir les efforts nationaux de lutte contre la pandémie de Covid-19.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

"Nos aînés ont raison" : nouvelle tribune de militaires sur le risque d'une "guerre civile" en France

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : l'interview poignante de Valérie Bacot dans "Sept à Huit"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.