Gilets jaunes : des policiers ont-ils traîné au sol un homme inconscient ?

Population

Toute L'info sur

À la loupe

A LA LOUPE - Une vidéo visionnée près de 80.000 fois sur Facebook montre un homme traîné au sol par des forces de l'ordre pendant une manifestation des Gilets jaunes, sur les Champs-Elysées. De nombreux commentaires laissent entendre que l'individu était inconscient au moment des faits. Nous avons tenté de retracer le contexte de ces images.

La vidéo, postée la page Facebook des "Gaulois réfractaires" dimanche 7 avril, dure treize secondes à peine. Sur ce groupe de soutien au mouvement des Gilets jaunes, elle a dépassé en quelques heures les 78.000 vues et 4500 partages. Intitulée "Un Gilet jaune traîné comme du gibier par les forces de répression!!!", elle montre une interpellation policière d'un homme en chaussettes rouges, tiré sans ménagement sur plusieurs mètres par la ceinture.

Plusieurs commentaires, sous la vidéo, s'indignent d'images "insupportables", laissant entendre que l'homme ainsi appréhendé aurait été traîné au sol "inconscient", "les bras ballants". 

Affrontements sur les Champs-Elysées

Pour y voir plus clair, tentons de replacer cette vidéo dans son contexte. D'abord, le lieu : nous avons pu le vérifier, ces images ont été tournées à Paris, au croisement de l'avenue des Champs-Elysées et de la rue de la Boétie, au niveau d'un magasin Monoprix récemment rénové.

Concernant la date précise à laquelle ces faits ont été captés, c'est plus flou. Le modérateur de la page Facebook, contacté par LCI, indique que cet affrontement avec les forces de l'ordre s'est déroulé le 16 mars dernier, lors de "l'acte 18" de la mobilisation des Gilets jaunes. De son côté, la préfecture de police de Paris nous renvoie, sans autre commentaire officiel, vers une vidéo plus longue, postée quant à elle sur YouTube le 17 mars. Ce qui exclut de toute façon que la scène se soit déroulée lors de la dernière manifestation en date, le 6 avril. 

Nous en arrivons maintenant à la question centrale : l'homme aux chaussettes rouges a-t-il été traîné sur le sol alors qu'il était inconscient ? Dans les commentaires Facebook, un internaute semble avoir été témoin de la scène. Il indique que l'individu interpellé a pu quitter les lieux : "C'était le 16 mars et après on les a chargés et ils l'ont laissé repartir." Contacté, ce témoin n'a pas donné suite. Mais la vidéo YouTube, d'une durée de six minutes environ, lui donne raison. Les images proviennent de la même source que celles qui ont été raccourcies et postées sur Facebook, à savoir une chaîne YouTube intitulée "Caméra Gilets jaunes". Celle-ci se présente comme étant "consacrée aux Gilets jaunes" et cumule plus de 14.000 abonnés. Cette version longue de la vidéo a été visionnée 82.000 fois jusqu'à présent. 

La scène s'ouvre sur une charge des forces de l'ordre, en provenance de la rue de la Boétie. A droite de l'image, un attroupement. On retrouve l'individu portant des chaussettes rouges. Sur son dos, un gilet jaune. Il est déjà au sol, maîtrisé par deux fonctionnaires de police. A cet instant, il a les genoux écorchés, le jean troué, mais il remue et n'est visiblement pas inconscient. Un "street-medic" gravite autour de la scène : il est tenu à distance par les policiers. Les images, coupées et montées, montrent le reste de l'interpellation. On retrouve alors la scène isolée sur Facebook, où l'homme est tiré sans ménagement au sol. Tandis que la sur Facebook la séquence s'arrête là, celle sur YouTube montre le Gilet jaune secoué, mais conscient. 

Une interpellation avortée

Nouvelle ellipse de la vidéo. Celle-si se poursuit dans la même rue. A présent, notre homme aux chaussettes rouges est emmené à pied un peu plus loin par des policiers. Ensuite, nous le retrouvons assis devant un porche, toujours encadré par les forces de l'ordre qui tentent de lui passer des liens autobloquants "serlflex". Le manifestant, là encore, est conscient, même si du sang est visible sur un côté de son visage. Il tente de s'enfuir une première fois, mais il est à nouveau maîtrisé et plaqué au sol. Un policier lui donne un coup de pied dans les jambes. La situation est tendue. Quelques secondes plus tard, ordre est donné aux forces de l'ordre de se retirer. Le Gilet jaune en profite pour quitter les lieux en courant, sous les cris de victoire de quelques-uns de ses camarades.

Après avoir analysé le contexte de ces images, il apparaît donc que l'homme aux chaussettes rouges n'a, sur cette situation bien précise, finalement pas été interpellé. Et qu'il semblait conscient au moment des faits. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter