"FAKE NEWS !" - Notre dossier pour comprendre les nouveaux rouages de la désinformation

Population
VRAI-FAUX - Les fausses informations, popularisées par Donald Trump avec l'expression "fake news", semblent avoir inondé l'espace public. Devenues un sujet politique, elles envahissent les discours et les esprits. Au point de créer une nouvelle ère ? À l'approche des élections européennes, LCI a tenté de cerner le phénomène en 5 articles.

À quel moment ça a cloché ? Depuis des siècles, le développement de l’éducation et des idéaux démocratiques laissaient espérer que les citoyens parviendraient à discuter rationnellement entre eux pour prendre collectivement les meilleures décisions. On a même cru qu’Internet serait la dernière pierre de cet édifice démocratique.


Pourtant, jamais le vrai et le faux n’ont semblé aussi difficiles à distinguer. Livré à lui même, le citoyen évolue sur un marché de l’information dérégulé par le web puis les réseaux sociaux. Dans ce far west anarchique, les théories complotistes bénéficient d’une audience record et les fausses informations semble pulluler sur fond de défiance généralisée envers les élites médiatiques et politiques traditionnelles. Ces élites, privées de leur monopole, sont régulièrement prises en flagrant délit de mensonge, d’approximation ou d’exagération, commis par intérêt ou par paresse.


Dans cette jungle informationnelle, le mot “fake news” est partout. Popularisé par la campagne de Donald Trump, rentré dans le dictionnaire et élu “mot de l’année” 2017 par le thésaurus britannique, il est désormais utilisée à toutes les sauces, autant pour dénoncer des mensonges que pour en faire passer, autant pour dénoncer les “élites” que les “populistes”. Parce qu’elle peine à saisir toutes les nuances du mensonge et de la vérité, l’expression “FAKE NEWS !”, ici sous sa forme accusatoire et trumpienne, incarne la confusion actuelle.


Les fausses informations, les mensonges ou la propagande ont pourtant toujours existé. Sommes-nous alors entrés dans une nouvelle une ère, celle de la “post-vérité” ? Le fait que le gouvernement ait choisi de légiférer contre ces fausses informations à l’approche des élections européennes signifie-t-il que la démocratie est menacée ? Le phénomène interroge au delà de cette échéance électorale : comment discuter ensemble et échanger des opinions, si l’on ne parvient pas à se mettre d’accord sur les faits, sur le réel ? En donnant la parole à plusieurs universitaires, cette série de cinq articles vise à apporter un début de réponse à ces questions.

Retrouvez ci-dessus les cinq articles de notre dossier.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

"FAKE NEWS !" : un voyage en post-vérité

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter