Faut-il une assurance "spéciale Covid" pour se rendre à l'étranger ?

Des pays réclament aujourd'hui des assurances mentionnant une prise en charge en cas de Covid-19.

SORTEZ COUVERTS - Pour se rendre à l'étranger, souscrire une assurance de voyage spéciale pourrait devenir indispensable. Si seule une vingtaine de pays l'exige actuellement, des destinations prisées des Français sont concernées. La liste des pays concernés pourrait d'ailleurs s'allonger.

Les quatorzaines et les tests covid imposés aux voyageurs français dans certains pays ne suffisent plus. Il vous faudra peut être désormais souscrire une assurance complémentaire pour voyager à l'étranger.

Pour se rendre en Russie ou en Chine, note Le Parisien, il est par exemple indispensable d'être muni d'une "attestation d'assurance incluant la prise en charge des frais médicaux et d'hospitalisation en cas de contamination au Covid-19". Une mesure en voie de généralisation ?

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Une liste qui s'allonge

On le sait, les formes graves du Covid-19 peuvent nécessiter des hospitalisations longues et délicates, qui mobilisent les services de santé. Des prises en charges forcément coûteuses dont les états ne souhaitent pas forcément assumer la charge dès lors qu'elles concerneraient des voyageurs en provenance de l'étranger. Il s'agit donc, en demandant une assurance voyage incluant les dépenses médicales potentielles, de pouvoir facturer les frais induits par des séjours à l'hôpital.

Au fil des semaines, la liste des destinations concernées s'est allongée, si bien que l'on compte une vingtaine de pays demandant une telle assurance. "C'était le cas de la Russie, la Chine, Cuba et l'Algérie au début des vacances, c'est dorénavant une condition d'entrée en Thaïlande, au Cambodge, en Turquie, en Israël, en Tunisie, en Égypte, au Sri Lanka, aux Seychelles ou encore au Mexique", détaille Le Parisien. Une nouvelle règle également en vigueur "à Papeete en Polynésie française, au Liban, en Ukraine, à Dubaï, au Costa Rica, au Brésil, sur l'île de Saint-Martin et sur l'île des Antilles néerlandaises d'Aruba".

Lire aussi

Pour suivre au plus près l'évolution de la situation, le ministère des Affaires étrangères recommande aux voyageurs de consulter le site France Diplomatie, où des fiches par pays sont mises à jour très régulièrement. Il est ainsi possible de connaître les documents indispensables pour se rendre dans telle ou telle destination, et éviter ainsi de se voir refuser l'entrée dans le pays. Un risque à ne pas négliger dans le contexte actuel, ces documents étant aussi importants que des visas aux yeux des services douaniers.  Il est également possible de se rapprocher des assureurs, qui peuvent distiller des conseils et proposer des offres adaptées. "Des clients nous contactent souvent au dernier moment pour souscrire une assurance car ils apprennent généralement la veille du départ que c’est devenu obligatoire", confiait il y a peu à Capital le dirigeant d'un comparateur d'assurance.

Des exigences particulières

Si la souscription d'une assurance de voyage est réclamée par certains pays, elle n'est toutefois pas toujours suffisante. L'Ukraine, le Cambodge ou Israël demandent en effet que l'attestation précise de manière explicite que la prise en charge du Covid-19 soit bien comprise. Il est conseillé aux voyageurs de vérifier que les assurances souscrites incluent les risques d'épidémie, ce qui n'est pas toujours systématique. 

Le Quai d'Orsay, via ses fiches détaillées par pays, permet aussi de constater certaines disparités. La Thaïlande, notamment , demande de "présenter à l’embarquement une assurance médicale couvrant le traitement d’une infection au coronavirus pour un montant d’au moins 100.000 dollars ainsi qu’un certificat 'fit-to-fly' et un certificat médical en anglais accompagnant un test COVID négatif, tous deux établis moins de 72 heures avant le départ". Des précautions similaires à celles prises par Aruba, même si la petite île antillaise fixe le montant minimum à 75.000 dollars.

Avant de souscrire à une assurance spécifique, il est important de vérifier que la compagnie aérienne en charge du vol n'a pas déjà proposé d'assurance spécifique. En effet, rappelle Capital, "la compagnie Emirates ainsi que Virgin Atlantic ont proposé à leurs passagers une assurance incluse dans le billet d’avion et prenant en charge d’éventuelles dépenses médicales, d’hébergement ou de rapatriement". Notez enfin que le tarif des assurances de voyage varie en fonction des destinations. Il convient de se rapprocher des professionnels ou de consulter des comparateurs pour analyser les différentes offres. 

En résumé, il est indispensables pour les personnes qui voudraient voyager à l'étranger de se renseigner attentivement avant leur départ, de plus en plus de pays demandant des assurances voyage complémentaires. Il peut être exigé que figurent sur les attestations des mentions relatives à la prise en charge du Covid- 19, ainsi que des montants minimum de prise en charge. Pour s'assurer des procédures en vigueur, les Français peuvent également se rendre sur la plateforme d'aide aux voyageurs mise en place par le Quai d'Orsay.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 30.789 Français toujours hospitalisés, 5.893 patients en réanimation

SEPT À HUIT - Toujours remonté contre son époque, Gérard Lanvin met ses maux en chanson

Covid-19 : les premiers signes d'un ralentissement de l'épidémie ?

Covid-19 : la Guadeloupe serre la vis face à une recrudescence du nombre de cas

Inquiétude sur l'état de santé d'Alexeï Navalny : "on ne le laissera pas mourir en prison", assure la Russie

Lire et commenter