Femmes voilées devant une agence de la CAF : une fake news relayée depuis 6 ans

Cette image a fait l'objet d'un recadrage et de modifications par ordinateur. L'originale a été prise à Londres.
Population

ISLAMOPHOBIE – Ces derniers jours, un montage photo a refait surface en ligne, montrant un groupe de femmes voilées prétendument devant une agence de la CAF. Une scène en réalité capturée à Londres et qui fait l'objet depuis 2014 de commentaires islamophobes.

En l'espace de 48 heures, une photo partagée par une internaute sur Twitter a fait l'objet de multiples relais et s'est vu repartagée plusieurs milliers de fois. Une image sur laquelle on observe un groupe d'une quinzaine de femmes voilées, avec un angle de prise de vue qui laisse à penser que la scène a été capturée à distance avec un téléobjectif.

Où se passe ce rassemblement ? À Sarcelles, en Île-de-France, indique la légende, tandis qu'un panneau avec le logo d'une caisse d'allocations familiales laisse supposer que ce groupe de femmes patiente devant une agence. De quoi susciter des réactions très virulentes, à l'instar de celle d'une internaute visiblement remontée. "Au début, je pensais que c'était un autre pays, mais non, je vois la pancarte derrière.....en bleue....vous la voyez ?? Comment voulez vous qu'elles trouvent du travail avec cet accoutrement. J'ai des amies marocaines qui saignent des yeux!!! Meme au Maroc, on en voit pas autant", déplore-t-elle. Une réaction teintée d'islamophobie loin d'être isolée parmi les réponses à cette publication. 

Un cliché pris à Londres

Si de nombreuses personnes ont repartagé cette publication, elles semblent n'avoir pas pris la peine de s'interroger sur l'origine de la photo, ni sur la véracité de sa légende. Procéder à une recherche d'images inversées permet de découvrir qu'un recadrage a été effectué : on découvre ainsi une version qui, observée de plus près, nous fait plus que douter de la véracité de la légende. Une série d'indices suggèrent en effet que la scène n'a pas été capturée à Sarcelles, ni même d'ailleurs en France. 

Sur la version non recadrée, on découvre ainsi un véhicule qui circule sur le côté gauche de la route, ainsi qu'en arrière-plan un symbole familier des anglo-saxons. Et pour cause, puisqu'il s'agit du logo du métro londonien. Le dernier élément qui nous met la puce à l'oreille est une inscription sur le fronton d'un bâtiment. On reconnaît écrit "police", suivi des lettres "sta" : on devine ainsi le mot "station", commun sur les commissariats anglais.

Lire aussi

Surtout, sur la photo d'origine, le panneau affichant le logo de la CAF a disparu. Tout porte donc à croire qu'il s'agit d'un montage réalisé par ordinateur, conçu pour laisser croire que ce groupe de femmes ferait la queue pour réclamer des allocations. L'AFP, en effectuant des recherches approfondies, est parvenue à identifier le lieu exact de la prise de vue, et a confirmé qu'il s'agissait d'une photo réalisée à Londres, devant un commissariat. Un lieu qu'il est possible de visualiser via l'outil Street View de Google. Tous les indices concordent.

Une fake news relayée depuis 2014

Ce tweet manipulateur aux accents islamophobes n'a rien de nouveau. En effet, LCI se penchait dès 2014 sur un détournement de la même image. Depuis 6 ans, elle a refait surface en ligne à plusieurs reprises, partagée sur les réseaux sociaux par des internautes cherchant à faire croire qu'il s'agissait d'une scène observée en France. 

En 2015, c'est une élue du Rassemblement national, Mylène Troszczynski, qui la relayait à ses abonnés. Actuellement conseillère régionale des Hauts-de-France, cette ancienne députée européenne assurait qu’il s’agissait d’un cliché pris à la CAF de Rosny-sous-Bois en décembre 2014. "Le port du voile intégral est censé être interdit par la loi", déplorait-elle alors, sans que l'on puisse déterminer si elle était ou non au courant qu'il s'agissait d'un vulgaire montage. Trois ans plus tard, en 2018, l'AFP s'était fendue d'un article après qu'une publication reprenant cette image a été partagée plus de 10.000 fois en 48 heures. 

Il ne serait pas étonnant que ce cliché, totalement détourné de son contexte et présenté à tort comme réalisé en France soit à nouveau diffusé à l'avenir. Depuis 6 ans, il est en effet fréquent de le voir resurgir sur la toile, accompagné de messages haineux et/ou islamophobes. Cette scène, immortalisée à Londres devant un commissariat, ne s'est jamais déroulée à Sarcelles, et pas du tout devant une agence de la CAF, dont le logo a été ajouté par ordinateur.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

Jeune fille tondue à Besançon : condamnée à un an de prison, la famille a été expulsée ce samedi matin

EN DIRECT - Covid-19 : le bilan va "s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent