Fessenheim : le réacteur n°1 de la centrale nucléaire définitivement arrêté samedi

Alors que l'arrêt des réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim, la plus ancienne de France, a été entériné ce mercredi après la publication d'un décret au Journal Officiel, les habitants de la commune du Haut-Rhin sont partagés entre tristesse et inquiétude, sur le front de l'emploi notamment.

ÉNERGIE - Les deux plus vieux réacteurs nucléaires en service en France vont fermer successivement cette année. Le n°1 fermera samedi 22 février et le n°2 en juin prochain.

Le décret confirmant l'arrêt total et définitif des réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim avant la fin juin 2020 a été signé par le gouvernement qui a salué mercredi une "première étape dans la stratégie énergétique de la France". Le décret, paraphé mardi par Edouard Philippe et la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne et paru mercredi au Journal officiel, "entre en vigueur le 22 février 2020 pour le réacteur N.1 et au 30 juin 2020 pour le réacteur N.2". Il "abroge l'autorisation d'exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim dont EDF est titulaire".

"Cet événement, annoncé et repoussé de manière récurrente par les précédents gouvernements, (...) constitue une première étape dans la stratégie énergétique de la France, qui vise un rééquilibrage progressif entre l'électricité d'origine nucléaire et l'électricité d'origine renouvelable tout en poursuivant la baisse des émissions de gaz à effet de serre issues de la production d'électricité grâce à la fermeture des centrales à charbon d'ici 2022", s'est félicité Matignon dans un communiqué.

Lire aussi

Une fermeture qui fait débat

Le Premier ministre a également vanté "l'esprit de responsabilité d'EDF et de ses organisations syndicales, mobilisés pour apporter le meilleur accompagnement social possible pour l'ensemble des salariés concernés". Le député LR du Haut-Rhin Raphaël Schellenberger, président d'une mission d'information sur le suivi de la fermeture du site, a cependant estimé mardi que l'Etat n'était "pas au rendez-vous" et a alerté sur "les conséquences pour le territoire". 

Avec l'arrêt de la centrale, Raphaël Schellenberger a aussi pointé la suppression de "plus de 2.000 emplois" directs ou indirects, l'impact sur les commerces ou l'immobilier. "Le gouvernement s'est engagé dès 2018 avec les élus locaux dans la préparation d'un projet de territoire pour l'avenir de Fessenheim, finalisé en février 2019", a pour sa part rappelé Matignon, en renouvelant "le soutien du gouvernement à la pleine réalisation des actions de ce projet".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - À l'inverse de la France, l'Autriche a décidé de rouvrir les stations de ski pour Noël

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter