Couronne d'épines, tunique de Saint-Louis... Quels trésors Notre-Dame renferme-t-elle ?

Un chef d’œuvre de l’architecture gothique s'est embrasé ce lundi 15 avril. Un incendie s'est déclaré sur la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris en fin d'après-midi. Les flammes, impressionnantes, ont ravagé une partie de la toiture du monument.
Population

Toute L'info sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

LE GRAND INCENDIE - Orgues, cloches, peintures et vitraux... La cathédrale de Notre-Dame de Paris, en grande partie consumée par les flammes ce lundi 15 avril, abrite de très nombreux trésors. Pour l'heure, seules la couronne d'épine et la tunique de Saint-Louis, considérées comme des reliques, ont été mises à l'abri, de source sûre.

Alors qu'un incendie n'en finit plus de consumer la cathédrale Notre-Dame de Paris, l'incertitude pèse toujours, en fin de soirée ce lundi 15 avril, sur le sort des trésors abrités dans le monument. Et ils sont nombreux, ces chefs-d'oeuvre présents au sein de la cathédrale, offerts à la vue des visiteurs.

Selon le site de ressources dédié à Notre-Dame, il y a trois orgues à l'intérieur de l'édifice religieux : l'orgue de chœur, datant du 19e siècle, l'orgue positif et le grand orgue, construit, lui, en 1401. Quant aux cloches, elles sont abritées dans les tours : on retrouve ainsi la plus grosse, le bourdon, dans la tour Sud. Elle a été fondue il y a trois siècles. Dans la tour Nord, elles sont au nombre de quatre et sonnent tous les jours.

Voir aussi

Tableaux et reliques

Parmi les trésors de Notre-Dame de Paris, on connaît aussi les très célèbres gargouilles et autres chimères, postées à l’extrémité des gouttières pour protéger les murs de l'évacuation des eaux de pluies. Les rosaces, elles, sont au nombre de trois. Elles datent du 13e siècle et les deux plus grandes d'entre elles mesurent jusqu'à treize mètres de diamètre. La façade ouest et les cinq portails de la cathédrale constituent eux aussi un trésor d'art et d'architecture : en fin de soirée, les pompiers de Paris considéraient que les deux tours et la structure globale de l'édifice étaient sauvées.

En outre, la cathédrale renferme de très nombreuses peintures. Parmi elles, ce qu'on appelle les grands "mays", c'est-à-dire des tableaux qui ont été commandés quasiment chaque année, au 18e siècle, par la corporation des orfèvres parisiens le 1er mai. Plusieurs peintures ont été transférées au Louvre vers 1860. Mais il restait actuellement, dans le monument, un tableau de Jouvenet, replacé en 1947. 

Lire aussi

Enfin, Notre-Dame de Paris comptait plusieurs objets considérés comme des reliques. Le recteur de la cathédrale a indiqué que la couronne d'épines et la tunique de Saint-Louis avaient pu être sauvées des flammes. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter