Feu vert du gouvernement pour l'ouverture de nouvelles "salles de shoot" en France

Population
DROGUE - Le gouvernement a ouvert la possibilité à la création de nouvelles salles de consommation à moindre risque et élargi aux fumeurs de crack. Aujourd'hui, seules deux lieux de ce genre existent en France, l'un à Paris, l'autre à Strasbourg.

Le gouvernement a ouvert la voie à la création de nouvelles salles de consommation à moindre risque, dites "salles de shoot", et a, dans le même temps, autorisé leur accès aux fumeurs de crack. L'arrêté, publié au Journal Officiel ce jeudi 18 juillet, modifie le cadre légal des salles de shoot, dispositifs testés à titre expérimental jusqu'en 2022. "Cela ouvre de nouvelles perspectives", s'est réjoui auprès de l'AFP Élisabeth Avril, directrice de l'association Gaïa, gestionnaire de la salle de consommation à moindre risque de  Paris.


Aujourd'hui, seules deux salles de ce genre (environnement propre, sécurisé, avec du matériel stérile) existent en France : l'une à Paris, l'autre à Strasbourg. Et si l'exécutif souhaite que d'autres voient le jour, c'est que ces lieux subissent une forte affluence depuis leur ouverture en 2016. Celle du 10e arrondissement de la capitale enregistre par exemple près de 200 passages chaque jour. 

Jusqu'ici, les fumeurs de crack n'étaient pas pris en charge dans ces salles. C'est désormais chose réglée par le gouvernement, qui ouvre le dispositif aux usagers se droguant "par inhalation" et plus seulement aux "injecteurs", pour la plupart héroïnomanes. Une tentative de solution face au problème sanitaire de l'usage massif du crack, drogue dérivée de la cocaïne, à Paris. Pour Elisabeth Avril, "tant qu'il n'y aura pas de nouvelle salle à Paris, on continuera à n'accueillir que les injecteurs". Davantage de lieux sécurisés pour les usagers, voilà la principale demande formulée par les associations au ministère de la Santé.

En vidéo

Paris : le quartier de Stalingrad face au fléau du crack

En Seine-Saint-Denis, à Bordeaux et à Marseille, des projets de nouvelles salles de consommation avaient été lancés, puis avortés par les autorités, face à la réticence provoquée.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter