Figure de la Résistance française, déportée, Yvette Lundy s'est éteinte à 103 ans

Population

CARNET - Grande résistante et déportée en 1944 à Ravensbruck, Yvette Lundy, qui avait consacré sa vie au devoir de mémoire notamment auprès des collégiens et lycéens, est décédée à l'âge de 103 ans, a indiqué à l'AFP ce dimanche le maire divers droite d'Epernay Franck Leroy.

Figure de la Résistance française et déportée à Ravensbruck en 1944 après avoir été arrêtée par la Gestapo, Yvette Lundy est décédée à l'âge de 103 ans à Epernay, dans la Marne, a appris l'AFP dimanche 3 novembre, récoltant l'information auprès de la préfecture de la Marne et du maire de la ville. Benjamine d'une famille de sept frères et sœurs, cette institutrice s'était engagée dès 1959 pour témoigner auprès des collégiens et des lycéens de l'horreur de la guerre.

"Yvette était la grande dame d'Epernay, même si elle n'aurait pas du tout aimé qu'on l'appelle comme ça, compte tenu de son parcours de résistante, de déportée et de son investissement incroyable au service du devoir de mémoire. (...) Elle avait aussi un regard sur la guerre et notamment sur la réconciliation franco-allemande qu'elle jugeait extrêmement importante", a déclaré auprès de l'AFP le maire divers droite d'Epernay, Franck Leroy.

Voir aussi

Elle était d'une générosité, d'une attention de tous les instants.- Franck Leroy, maire divers droite d'Epernay.

Franck Leroy a également qualifié Yvette Lundy d'"ardente animatrice du réseau de la Résistance, même après la guerre", tout en indiquant qu'elle "avait rencontré des milliers d'élèves pour leur parler de la réconciliation, de la tolérance", notamment à travers le concours national de  la Résistance. "Elle était d'une générosité, d'une attention de tous les instants" a salué le maire d'Epernay.

Pendant la guerre, son rôle dans la Résitance avait notamment été de fabriquer de faux papiers pour des Juifs, des Français ayant fui le service du travail obligatoire, en Allemagne, ou des prisonniers de guerre évadés. Une mission qu'elle qualifiait de "tricherie honnête" et remplissait sans se poser "aucune question". Avant d'être arrêtée par la Gestapo le 19 juin 1944, à 28 ans. Envoyée à Ravensbruck, à 80 km au nord de Berlin, elle restera 10 mois dans ce "trou d'enfer", avant d'être libérée par l'armée russe, en avril 1945. Elle n'y reviendra jamais, craignant, selon ses dires, d'en être "trop chiffonnée".

Le député LREM de la Marne, Eric Girardin, a fait part de sa tristesse sur Twitter après l'annonce du décès d'Yvette Lundy : "J’apprends avec tristesse et émotion la disparition d’Yvette Lundy, grande dame de la résistance qui a su perpétrer tout au long de sa vie le devoir de mémoire auprès des jeunes générations. Compassion et condoléances à ses proches et à sa famille." Un hommage à la mémoire de celle qui a été élevée en 2017 au grade de grand officier dans l'ordre de la Légion d'honneur sera organisé à l'occasion des cérémonies du 11 novembre, toujours selon Franck Leroy.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter