Fillette perdue à la sortie d'un train : son père réclame "un geste de la SNCF"

Fillette perdue à la sortie d'un train : son père réclame "un geste de la SNCF"
Population

FAIT DIVERS - Le père de famille de Strasbourg, qui avait confié sa fille de 4 ans à la SNCF pour un trajet accompagné et qui n'a pas trouvé son enfant à l'arrivée espère un "geste de la SNCF". Dimanche prochain, la fillette doit retourner chez sa mère, mais, pour les parents, pas question pour l'instant de lui faire prendre le train, accompagnée ou non.

Les faits remontent à dimanche soir mais il n'arrive toujours pas s'en remettre. "J'ai huit enfants, vous imaginez bien, la SNCF, je connais. Mais ce qui m'est arrivé là, c'est une première, et je suis toujours traumatisé", commente Pascal Eschmann joint par LCI ce mercredi matin.

Alors qu'il allait chercher la plus petite de ses filles, Tyline, âgée de 4 ans et demi, dimanche soir au train, le papa ne l'a jamais vue descendre de la voiture 17. "L'histoire est désormais connue. J'ai porté plainte lundi à la gendarmerie, j'ai contacté les Dernières Nouvelles d'Alsace. Comme moi, tout le monde était choqué. Je le vois bien. Depuis, tous les journalistes m'ont appelé et l'affaire a été racontée partout." 

Lire aussi

"J'avais la valise de ma fille, mais pas mon enfant"

Car si l'a fillette n'est pas descendue du train en provenance de Rennes, c'est tout simplement parce que les accompagnateurs SNCF l'avaient fait descendre à une autre station un peu avant, en Lorraine, avec un autre groupe d'enfants. "Quand on m'a expliqué ça sur le quai à Strabsbourg, j'ai eu tout d'un coup une douleur dans le bas du dos qui est remontée jusque dans la tête. Ça ne s'est pas arrêté depuis. On me parlait, j'entendais même plus, j'étais retourné. On avait beau me dire qu'on savait où était ma fille. Moi j'étais sous le choc. J'avais la valise de ma fille, mais pas mon enfant. Vous imaginez l'angoisse ?".  

Pascal Eschmann indique que les agents SNCF ont tout de suite tout fait pour le rassurer. "On me disait qu'on avait perdu ma fille, avant de la localiser très vite, qu'elle était avec un autre groupe d'enfants. Qu'on allait me ramener, qu'elle serait accompagnée par un contrôleur et le chef de gare. Mais même si on vous dit ça, tant que vous ne tenez pas votre enfant, vous ne pouvez pas être rassuré". 

"Depuis, je ne la lâche pas d'une semelle"

Depuis les faits, Pascal Eschmann confie avoir des psychoses, ne plus dormir correctement. "Je me dis que je vais perdre la petite, qu'il va se passer quelque chose. Je ne la lâche pas d'une semelle. C'était pas comme ça avant." 

Dimanche prochain, sa fille Tyline doit retourner chez sa maman à Rennes. Un gros problème pour la famille. "Moi je vais me faire rembourser le billet de retour. Il n'est pas question pour l’instant qu'elle prenne le train avec le service Junior & Cie comme elle l'a fait à l'aller. Avant, j'avais confiance. Sa sœur aînée l'avait déjà fait plusieurs fois d'ailleurs, mais là, c'est terminé je crois. Je pense que je vais demander à l'une de ses demi-sœurs de l'accompagner jusqu'à Paris en train, où sa mère ira la récupérer." 

Après cet incident, Pascal Eschmann espère un geste de la compagnie ferroviaire. "Ma fille a été un peu perturbée. Elle est quand même descendue d'un train en espérant voir son papa, et son papa n'était pas là alors que tous les autres enfants ont retrouvé leurs proches. Et après, elle est remontée dans un autre train, avec deux adultes et plus d'enfants… Je ne sais pas si elle a compris ce qu'il s'était passé. Mais de toute évidence, elle a bien compris que quelque chose ne se passait pas normalement." 

"J'en veux pas du séjour à Disney"

Pascal Eschmann confie à LCI que le directeur de la SNCF Guillaume Pépy l'a appelé mardi. "Ce monsieur m'a proposé de me rembourser le billet. Et il m'a dit que si j'étais encore mal, je pouvais aller consulter un psychologue ou un psychiatre auprès de la SNCF. Il m'a aussi proposé d'organiser un voyage à Disneyland pour ma famille. Mais moi je lui ai dit 'non'. J'en veux pas du séjour à Disney. Maintenant dès que je sors avec la petite, j'ai peur de la perdre. Alors la foule de Disney, non merci. Il a fait la même proposition à mon ex, elle a dit non aussi. Il m'a dit qu'il me rappellerait en fin de semaine, on verra." 

S'il a refusé le séjour au parc d'attractions, le père de famille attend tout de même "un geste de la SNCF". "Je pense qu'après un tel événement, la compagnie pourrait offrir la gratuité du train à mes filles qui vivent avec leur mère à Rennes jusqu'à leur majorité. Ça, ce serait bien. Je ne fais pas ça pour l'argent, croyez-moi. Mais il y a eu un préjudice, il y a un traumatisme. Il faut une réparation." 

La SNCF a indiqué pour sa part que le problème survenu avait été immédiatement signalé au papa dimanche dernier et souligne que ce genre d'événements est extrêmement rare. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent