Garde d'enfants, courses pour des personnes âgées... la solidarité s'organise face au coronavirus

Garde d'enfants, courses pour des personnes âgées... la solidarité s'organise face au coronavirus
Population

ENTRAIDE - Après les annonces d'Emmanuel Macron de fermer tous les établissements scolaires à partir de lundi, mais aussi de limiter "au strict nécessaire" ses déplacements, l’heure est au système D. Dans le même temps, la solidarité s'organise sur les réseaux sociaux.

"Je compte sur vous". Tel un mantra, Emmanuel Macron a scandé à plusieurs reprises cette formule en s'adressant jeudi 12 mars aux Français, les appelant à penser en "solidaire" plutôt qu'en "solitaire", face à  l'avancée inexorable de l'épidémie de coronavirus. Un message qui a très vite essaimé dans la population, alors qu'il annonçait dans le même temps, la fermeture de tous les établissements scolaires à partir de lundi, et qu'il conseillait aux personnes âgées de plus de 70 ans de rester chez elle.

Rapidement, dans la soirée, des propositions ont commencé à fleurir sur les réseaux sociaux. Certains proposant leur aide pour garder des enfants : "Bonjour, si des parents n’ont aucune solution pour faire garder leurs enfants, je veux bien les dépanner de temps en temps… Bénévolat, bien entendu", publiait par exemple une jeune femme sur la page Facebook "Tu sais que tu es d’Alençon quand.." En réponse : 65 commentaires, dont de nombreux "Bravo !" Quand d'autres proposaient de faire des courses pour des personnes âgées, ou d'échanger des produits de première nécessité. Petit passage en revue...

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Voir aussi

En vidéo

Coronavirus : les mesures annoncées par Emmanuel Macron dans tous les esprits

Des groupes d'entraide

Pour beaucoup de parents, l'annonce de la fermeture des établissements scolaires a signé le début du branle-bas de combat pour trouver une solution de garde, surtout quand les grands-parents, habituellement sollicités pour s'occuper des enfants, devront rester confinés chez eux s'ils ont plus de 70 ans, conformément à ce qu'a demandé le chef de l'Etat. 

Très rapidement, des propositions spontanées de garde d'enfants se sont multipliées sur les réseaux sociaux, et des groupes d'entraide se sont formés. Un exemple à Vitré (Ille-et-Vilaine), où la solidarité n’a pas tardé à se déclarer sur le groupe Facebook Entraide Pays de Vitré, comme le rapporte le journal local. On peut d'ores et déjà y lire des messages et annonces de personnes proposant de garder des enfants : "Je propose mes services pour du baby-sitting. Je suis titulaire du BEP service à la personne. Je peux accueillir des enfants à mon domicile et également me déplacer dans un rayon de 5 km autour de Vitré", écrit ainsi un membre. Aussitôt, un autre groupe dans le département, intitulé Entraide solidaire coronavirus Etrelles et alentour, a été créé. 

Lire aussi

Des systèmes de garderie pour le personnel hospitalier

Et que dire du personnel soignant, essentiel à la gestion de la crise, mais accessoirement parents également ? Car même si un service minimum de garde leur sera proposé, sa mise en place ne sera pas immédiate. "Ça va prendre un peu de temps", a averti Jean-Michel Blanquer en parlant du même système pour le personnel de l'Education nationale.

Face à ce constat, dans certaines régions, des systèmes de garderie pour les enfants des personnels hospitaliers, mais aussi pour les enfants de policiers, ont vu le jour, notamment à Saint-Laurent-du-Var. Tandis qu'à Toulouse, des agents de la mairie et des crèches prendront en charge dès lundi les enfants des personnels soignants, comme le rapporte France-Bleu.

Par ailleurs, le site de services à domicile Yoopies a décidé de développer pour le personnel des hôpitaux publics et des cliniques privées une plateforme de recherche de garde à domicile partout en France, en mobilisant les réseaux d’étudiants et de personnel de la petite enfance. 

Le système D entre voisins

Dans le même temps, de nombreuses plateformes de mise en relation entre voisins ont commencé dès jeudi soir à chercher ou à proposer leurs services, à l'image du site Nextdoor qui propose à ses membres via une page spéciale "coronavirus" des messages pour, par exemple, prêter main forte à leurs voisins qui n'ont pas de solution de garde, ou aider les personnes âgées qui ne peuvent pas aller faire leurs courses. 

Par ailleurs, dans le sud de la France, le groupe Nice-Matin a décidé de lancer une plateforme de solidarité, baptisée "CoronAIDES". Garde d'enfants, courses pour des personnes âgées, échanges de produits de première nécessité, et même un peu de réconfort... toute une série d'aides à ses voisins ou aux habitants du quartier y sont proposées. Mais attention, cette plateforme ne permet pas de réserver une garde d'enfants ou une livraison de courses à domicile. Il s'agit avant tout d'un outil de recensement des bonnes volontés. A vous ensuite de prendre contact par mail avec les personnes ayant proposé leurs services.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent