Gestion "pas à la hauteur", manque de "diversité" : la Cour des comptes s'en prend à la prestigieuse Ecole polytechnique

Les élèves de l'Ecole polytechnique lors du défilé du 14 juillet 2019 sur les Champs-Elysées.
Population

BUDGET - Dans son rapport annuel rendu public mardi, la Cour des comptes estime que l'Ecole polytechnique, qui forme l'élite française des ingénieurs, "n'est pas en situation de piloter" ses ambitions en raison de faiblesses dans sa gestion. Le rapport critique également le manque de diversité sociale dans le recrutement.

La prestigieuse Ecole polytechnique à nouveau dans le viseur de la Cour des comptes. Dans son rapport annuel rendu public ce mardi, les "sages de la rue Cambon" critiquent vertement la gestion de cette institution qui forme l'élite des ingénieurs français, comme ils l'avaient déjà fait dans le passé. 

Malgré une feuille de route "particulièrement exigeante" pour permettre à l'école de "se rendre visible à l'international et d'y occuper la place qu'elle mérite", "la gestion de l'Ecole polytechnique n'est pas à la hauteur de sa réputation, ni de la place particulière qu'elle occupe dans l'enseignement supérieur", dénonce le rapport. "Les choix stratégiques de l'Ecole ne sont pas de nature à la projeter dans l'avenir avec sérénité", ajoute-t-il, estimant que le prestige "lui impose un devoir d'exemplarité". 

Lire aussi

"Déséquilibre financier chronique"

Alors que l'Ecole polytechnique est engagée "dans une stratégie de croissance rapide dans le cadre de l'institut polytechnique de Paris", elle est "confrontée à une situation financière préoccupante", estime la Cour des comptes. Le rapport cible tout particulièrement les résultats "déficitaires sur cinq exercices" de l'institution, entre 2014 et 2018, soit "une perte cumulée de 20 millions d'euros" malgré le soutien financier accru de l'Etat - également critiqué pour n'avoir "à aucun moment envisagé la mise en place d'un plan de retour à l'équilibre, alors que cela lui était, à tout le moins, imposé par le code de l'éducation depuis le passage de l'Ecole au statut d'établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel en 2015".

Face à un risque "d'impasse dans le financement de son fonctionnement et de ses investissements", l'Ecole polytechnique doit "prendre sans délai les mesures nécessaires pour rétablir l'équilibre financier de ses comptes", juge le rapport. 

Manque de diversité dans le recrutement

Autre critique formulée par la Cour des comptes : le manque de "diversité" dans les rangs des polytechniciens. "Les statistiques font apparaître un recrutement très peu diversifié des élèves français du cycle ingénieur tant en termes de genre que d'origine sociale", pointe la rue Cambon. 

Actuellement , le nombre de femmes "stagne depuis dix ans", à 17,9% des effectifs. En outre, les enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures continuent de représenter 73% des admis au concours. La proportion d'élèves boursiers a même diminué au cours du temps, passant de 16,8% en 2011 à 11,4% pour la promotion 2019. 

De façon générale, la Cour des comptes estime dans ce bilan sévère que "l’État ne saurait rester plus longtemps insensible à ces questions". "Il doit", conclue-t-elle, notamment exercer une tutelle plus active et, à ce titre, s’interroger sur la pertinence du seul rattachement au ministère des Armées". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent