Tensions entre Gilets jaunes : sur LCI, une des organisatrices de la manifestation s'en prend à Eric Drouet... qui réplique

Population

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

COUP DE GUEULE - Le torchon brûle entre certains Gilets jaunes au lendemain du treizième samedi de mobilisation nationale émaillé par des incidents. Sophie Tissier, organisatrice de la manifestation parisienne déclarée a ainsi dénoncé l'attitude d'Eric Drouet - l'une des figures des Gilets jaunes - qu'elle estime être instrumentalisé par la frange la plus violente des manifestants. Celui-ci a répliqué et annoncé une plainte pour "fausses accusations" avant d'effacer son message.

"On a de grosses difficultés en fait à contenir les plus virulents qu'on peut appeler des 'black blocks' mais aussi des 'ultra-droite'." Au lendemain du treizième samedi de mobilisation nationale, Sophie Tissier, Gilet jaune intermittente du spectacle, à l'initiative de la première manifestation parisienne déclarée, a déploré l'attitude de certains autres Gilets jaunes - notamment les figures Eric Drouet - qu'elle accuse d'être instumentalisé.

Évoquant la présence de "personnes complètement irrationnelles" qui "vont s’entraîner dans des camps pour certains" et "qui vont systématiquement à la confrontation avec la police", elles a insisté sur les vaines tentatives des Gilets jaunes pacifistes qui ne sont pas "des professionnels de la sécurité" pour contenir les débordements. "On s'est interposé au tout début de la manif' entre les CRS et eux (ndlr : les manifestants les plus virulents) et un de nos 'Gilets jaunes sérénité' s'est pris un coup de matraque sur la tête", évoque-t-elle notamment. "Il était en sang, il était dégoûté parce qu'il s'est pris un coup lui même alors qu'il tentait de calmer le jeu."

Lire aussi

En vidéo

Manifestation déclarée de Gilets jaunes à Paris : avec Eric Drouet, "on n'a pas la même stratégie"

"Des semaines que j'essaye de discuter de dialoguer avec Eric Drouet"

Rappelant que la majorité des Gilets jaunes sont "contre la violence", Sophie Tissier a critiqué la présence de forces de l'ordre en tête de cortège samedi : "mettre des CRS en tête de cortège, c'est en fait pour les plus virulents un appel à la violence, une provocation." Et d'insister : "ce sont des personnes qui n'ont plus de raison, qui sont tellement révoltées par ce qu'on vit dans notre société qu'elles ont basculé."

Expliquant que ça fait des semaines qu'elle "essaye de dialoguer avec Eric Drouet, Maxime Nicolle, avec toute la France en colère (Ndlr : groupe Facebook)",  Sophie Tissier a estimé que "ce qu'il se passe aujourd'hui c'est qu'au sein du mouvement 'La France en colère' refuse d'organiser correctement les manifestations".

"Eric Drouet écoute, fait des sondages mais il n'y pas de débat réellement et on va dire que c'est pas les Gilets jaunes les plus raisonnables qui répondent à ses sondages", a-t-elle regretté, ajoutant que ce dernier "est instrumentalisé par les plus virulents". Elle a notamment dénoncé que ce leader des Gilets jaunes ait appelé, samedi, à se rendre à l'Arc de Triomphe qui figurait précisément sur l'itinéraire de la manifestation déclarée. 

En vidéo

Enquête : comment l'ultra-droite cherche à infiltrer les Gilets jaunes

"On est invisibilisés par 'la France en colère'"

"Les personnes qui revendiquent la violence comme outil de lutte sont minoritaires et imposent leur violence", déplore-t-elle encore, insistant sur le fait que contrairement à ces personnes, "la France qui proteste ce sont des gens qui ont des valeurs humaines tout à fait louables et qui sont dans la volonté d’améliorer les conditions de tous."

La manifestante pacifiste en a profité pour souligner les difficultés rencontrées pour communiquer largement. "On a du mal à informer via notre page Facebook suivie par à peine 500 personnes parce qu'on est invisibilisés par 'la France en colère' qui refuse de nous relayer", a-t-elle expliqué.

Au sujet de la probabilité d'une nouvelle manifestation déclarée à Paris samedi 16 février, Sophie Tissier a indiqué que la décision n'était pas tranchée. "On ne sait pas encore, on hésite parce qu'on est tellement attaqués", a-t-elle expliqué précisant qu'"il y a beaucoup de gens qui suivent la mouvance d'Eric Drouet et qui disent : arrêtez de déclarer, ça ne sert à rien, de toute façon on se fait gazer". Et cette dernière de déplorer : "les gens mélangent les choses."

"Une plainte sera déposée contre toi"

Eric Drouet a semble-t-il peu goûté les propos de Sophie Tissier sur LCI. Sur Facebook, il a annoncé une "plainte". "Sophie Tissier qui n'assume pas ses manifestations et rejette les fautes sur moi sur ce qui se passe mal. Une plainte sera déposée contre toi pour fausse accusation. Je t'avais prévenue."  Un message qui a ensuite été effacé. 

Quant à Maxime Nicolle, également critiqué par Sophie Tissier, il avait pris ses distances avec la jeune femme il y a plusieurs semaines estimant qu'elle le faisait passer "pou un extrémiste politisé que je ne suis pas." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter