Hommage à Steve : quels risques et quel dispositif pour les rassemblements de samedi ?

Population

MANIFESTATION - Une marche blanche en hommage à Steve Maia Caniço se tiendra à Nantes ce samedi sous haute sécurité. Plusieurs rassemblements sont également prévus dans une dizaine de villes. Les risques de débordements sont pris au sérieux par les autorités.

Alors qu’une marche blanche est prévue samedi à Nantes, le préfet de Loire-Atlantique a interdit tout autre rassemblement "dans une grande partie du centre-ville". Plusieurs événements Facebook prévoient des marches blanches ou des rassemblements contre les violences policières dans plusieurs villes, dont Paris, Marseille, Nice, Avignon, Lille, Bourges, Dijon ou encore Poitiers.

 Les organisateurs, parfois des syndicats ou des groupes de Gilets jaunes, demandent aux manifestants de venir habillés en noir, en blanc, en jaune avec une bougie ou une rose. De son côté, le ministre de l'intérieur, Christophe Castaner, appelle au "calme" et au "respect".

En vidéo

Christophe Castaner : L'hommage "doit se faire dans le calme, dans le respect"

A Nantes : deux manifestations prévues, une seule autorisée

A Nantes, la marche blanche en hommage à Steve Maia Caniço aura bien lieu. Elle partira à 11 heures du pied de la grue jaune, là où le corps a été retrouvé. Claude d'Harcourt, préfet de Loire-Atlantique, a décidé d'interdire tout autre rassemblement dans le centre-ville. 

Sur Facebook, un événement intitulé "ACTE 38: TOUS À NANTES POUR STEVE" prévoit pourtant une marche contre les violences policières à partir de 13 heures. L'organisateur de l'événement prévient sur le réseau social " En hommage à Steve, Aboubacar, Adama, Zineb et toutes les gilets jaunes et jeunes de cités tué par la Police nous allons foutre le feu partout en France et surtout à Nantes." 

Tous ne sont pas pour cette qualification d’Acte 38, qu’ils accusent être de la récupération. "Les GJ ne savent vraiment plus quoi faire ! Faire de Steve de la récupération politique est autant à vomir que la violence institutionnelle et policière de ces derniers temps", peut-on lire en réponse à l'événement. Certains demandent à éviter la confusion des luttes : "N’appelez pas ce rassemblement un Acte. (…) Ils vont encore se défouler » ou « Si vous voulez manifestez ne le faites pas en l'honneur de Steve c'est une erreur."

Nous disposons d'informations concordantes sur la volonté d'un certain nombre de groupes d'activistes d'en découdre avec les forces de police- Claude d'Harcourt, préfet de Loire-Atlantique

"J’ai pris trois arrêtés d’interdiction, d’acquisition et de détention d’artifices, d’essence, de détention d’armes par destination", a détaillé le préfet lors d'une conférence de presse. Il annonce une "présence policière forte et accrue". Des contrôles seront également effectués sur les axes routiers et dans les gares SNCF de la région.

Lire aussi

"Nous disposons d'informations concordantes sur la volonté d'un certain nombre de groupes d'activistes d'en découdre avec les forces de police", explique le préfet. " Quelle est la part des activistes violents dans la métropole?  C’est un aléa que l’on prend en compte, l’effectif est calibré sur le risque maximum", a-t-il prévenu.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter