Incendie de Lubrizol : enquête ouverte sur une arnaque aux fausses mesures par des démarcheurs

Population

Toute L'info sur

L’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen

ROUEN - Moins de deux semaines après l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen, des habitants de Seine-Maritime ont, selon Franceinfo, alerté la DGCCRF d'une arnaque concernant des fausses mesures facturées sur la qualité de l'air. Une enquête pour "démarchage abusif" a été ouverte par le service de la répression des fraudes.

A chaque catastrophe ses arnaques. Selon Franceinfo, des habitants de Seine-Maritime ont alerté la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, la DGCCRF, d'une arnaque dont ils ont été les victimes, par des démarcheurs se disant missionnés par la préfecture. 

Ces derniers auraient alors effectué, ou du moins fait semblant, d'effectuer des prélèvements de l'air, pour en mesurer la qualité, le tout moyennant une facturation à la charge du riverain. Un démarchage effectué juste après l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen, au nom de laboratoires mandatés par la préfecture de Seine-Maritime.

Lire aussi

Aucun démarchage effectué par les services publics

A Franceinfo, la DGCCRF, qui a ouvert une enquête pour "démarchage abusif", a précisé qu'aucun démarchage n'avait été effectué par les services publics et qu'aucun laboratoire n'avait été mandaté pour faire des analyses. Un numéro vert (0 800 009 785) a été mis en place pour signaler les abus, alors que les personnes s'estimant victimes de prélèvements abusifs ont 14 jours pour se rétracter.

Lire et commenter