Arnault, Pinault, mairie de Paris... les donations et subventions affluent pour reconstruire Notre-Dame

Population

Toute L'info sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

SOLIDARITÉ - L'incendie apparemment accidentel qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris a soulevé une vague d'émotion mondiale et provoquant un afflux de dons pour financer une reconstruction qui s'annonce titanesque. Mardi soir, plus de 800 millions d'euros ont déjà été récoltés.

La solidarité est à la hauteur de l'émoi subi et plusieurs centaines de millions d'euros ont d'ores et déjà été récoltés. Mardi soir, les dons annoncés se montaient à plus de 800 millions d'euros. Au lendemain de l'incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris, qui a décimé la charpente et fait s'effondrer la flèche, les dons, parfois importants, affluent spontanément pour financer la reconstruction de l'édifice. Cette tâche s'annonce colossale au regard des premiers dégâts observés sur le monument mondialement connu. 

"Cette cathédrale, nous la rebâtirons tous ensemble et c'est sans doute une part du destin français et le projet que nous aurons pour les années à venir", a lancé solennellement le président Macron lundi lors d'une allocution aux abords de Notre-Dame. Outre la mise en place d'une souscription nationale et d'une collecte de la Fondation du patrimoine, plusieurs entités publiques et privées ont annoncé le déblocage de fonds pour aider aux réparations du monument le plus visité d'Europe.

Lire aussi

La mobilisation des fortunes et entreprises françaises

LVMH, numéro un mondial du luxe et la famille Arnault à sa tête, ont annoncé un "don" de 200 millions d'euros pour la reconstruction de Notre-Dame. La famille de la première fortune de France souhaite contribuer "au fonds dédié à la reconstruction de cette oeuvre architecturale qui fait partie de l'Histoire de France". LVMH a en outre proposé de mettre à disposition ses "équipes créatives, architecturales, financières" pour aider au travail de reconstruction et de collecte de fonds. En début d'après-midi ce mardi, la famille Bettencourt et L'Oréal ont également annoncé un don de 200 millions d'euros. 

  

Autre grande fortune du luxe, la famille Pinault a indiqué débloquer 100 millions d'euros via sa société d'investissement Artemis. "Face à un tel drame, chacun souhaite redonner vie au plus vite à ce joyau de notre patrimoine", a souligné François-Henri Pinault, président de la holding familiale et du groupe de luxe Kering. L'homme d'affaires milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, qui contrôle la société d'investissement Fimalac, a également annoncé vouloir participer à "l'effort national de reconstruction" avec un don 10 millions d'euros "pour la restauration de la flèche, symbole de la cathédrale".

De son côté, Martin Bouygues, propriétaire de Bouygues et du groupe TF1, a annoncé à son tour qu'il ferait un don de 10 millions d'euros "au fonds dédié à la restauration de ce joyau du patrimoine français et mondial." Le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, qui contrôle la société d'investissement Fimalac, a lui aussi débloqué 10 millions d'euros, "pour la restauration de la flèche, symbole de la cathédrale", tombée dans l'incendie de lundi. 

Outre-Atlantique, le PDG de Disney, Robert Iger, a également annoncé sur Twitter un soutien à hauteur de 5 millions de dollars au profit du monument. 

Les entreprises mobilisées

Le géant informatique français CapGemini s'est dit "solidaire de l'effort national" et a annoncé verser un million d'euros pour contribuer à la reconstruction de la cathédrale. BNP Paribas a annoncé débloquer 20 millions d'euros, le groupe BPCE et la Société Générale ont promis chacun 10 millions d'euros et Crédit Agricole, via sa fondation, a annoncé un don de 5 millions d'euros pour les mesures de sauvegarde d'urgence. L'assureur Axa France a suivi le mouvement de générosité lancé ces dernières heures, en "mobilisant dès maintenant une enveloppe de 10 millions d'euros" en signe de "solidarité".  La PDG de la Française des jeux Stéphane Pallez a annoncé que le groupe allait affecter "quelque 2 millions d'euros" du Loto de Pâques, pour  l'édifice, "une estimation moyenne" de la part qui revient à l'entreprise sur le jackpot de 10 millions mis en jeu samedi.

Le géant français de l'affichage publicitaire JCDecaux a promis 20 millions d'euros et une "visibilité nationale et internationale" aux appels à la souscription grâce à ses emplacements publicitaires. Le groupe de BTP Vinci n'a pas annoncé de montant mais souhaite apporter "une partie du financement" de la reconstruction et propose à tous les constructeurs de France "d'unir leurs forces". La société compte par ailleurs proposer à ses salariés de "s'associer à l'effort collectif, d'assister les architectes des monuments historiques et de participer à la reconstruction" et rappelle notamment son engagement dans la préservation du patrimoine avec sa participation à la restauration de la Galerie des Glaces au Château de Versailles.

Le Medef appelle les entrepreneurs à se mobiliser pour contribuer à la reconstruction "d'un des joyaux du patrimoine mondial à travers la collecte nationale de dons lancée par la Fondation du Patrimoine". "C'est aussi dans ces moments que les entreprises expriment leur solidarité et leur engagement", écrit l'organisation patronale. 

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) "se tient à la disposition des pouvoirs publics pour mobiliser son réseau national d'artisans". L'organisation propose d'une part de soutenir la "recherche de moyens financiers" et d'autre part "la mobilisation de tous les talents présents dans de très nombreux corps de métiers", citant notamment la maîtrise d'ouvrage, la maîtrise d'oeuvre, les artisans et les PME. Une autre organisation patronale, Ethic, a annoncé lancer une collecte auprès de ses entreprises membres.

Voir aussi

Mairies, départements et régions contribuent à leur tour

À ces dons privés s'ajoutent d'autres contributions publiques. Anne Hidalgo a annoncé à l'AFP une subvention de 50 millions d'euros pour la restauration de Notre-Dame. La maire PS a proposé mardi de tenir dans la capitale "une conférence internationale des donateurs pour, à la fois accueillir "des experts" et "pouvoir lever des fonds". Les départements d'Ile-de-France ont annoncé de leur côté une contribution à hauteur de 20 millions d'euros pour "la reconstruction de ce joyau national". 

De son côté, la région Île-de-France a fait savoir qu'elle allait débloquer 10 millions d'euros d'"aide d'urgence pour aider l'archevêché à faire les premiers travaux" de reconstruction de l'édifice chrétien. "Cette reconstruction, qui va évidemment coûter très cher, va mobiliser tout un pays, les meilleurs architectes, les meilleurs artisans de France, peut-être du monde; nous allons nous y atteler dès maintenant", a déclaré la présidente (LR) de région sur Radio Classique, Valérie Pécresse. L'enveloppe sera débloquée "dans les prochains jours" et l'archevêque de Paris Monseigneur Michel Aupetit en a été informé.

L'élan de générosité s'étend à d'autres régions. Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole "proposera aux assemblées délibérantes le versement d'une subvention d'un million d'euros (500 000 euros pour chacune des deux collectivités) afin de contribuer à la réhabilitation de ce symbole national". Carole Delga, présidente de la région Occitanie, a indiqué qu'elle mettra au vote des élus régionaux réunis en commission permanente vendredi une aide exceptionnelle d'1,5 million d'euros pour aider aux travaux. Dans cette lignée, le département des Alpes-Maritimes a annoncé le déblocage d'urgence un fonds d'au moins 1 million d'euros. Cette décision sera proposée au vote des élus départementaux. La région Auvergne-Rhône-Alpes va débloquer deux millions d'euros pour aider à l'effort, selon nos informations.

Plus inattendu, la ville hongroise de Szeged, dévastée par une inondation il y a plus d'un siècle, a annoncé mardi un don de 10.000 euros pour aider à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, rappelant l'aide qu'elle avait elle-même reçue de la capitale française pour se relever. La municipalité de cette ville de 160.000 habitants, troisième plus grande commune de Hongrie, indique également collecter les dons de particuliers pour aider à la reconstruction de la cathédrale.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter