Notre-Dame de Paris : va-t-on manquer de tailleurs de pierre pour reconstruire la cathédrale ?

Population
SAVOIR-FAIRE - Les spécialistes des monuments historiques estiment qu'il faudrait dix à quinze ans pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris. De quoi a-t-on besoin pour commencer les travaux ?

Une fois que la somme nécessaire sera réunie, Paris va assister à l'un des plus grands chantiers de ces dernières décennies. La restauration, si possible à l'identique de Notre-Dame, sera extrêmement complexe. Pour cause, il va falloir retrouver des matériaux et réunir des savoir-faire. Mais de quelles spécialités parle-t-on ? Et quels matériaux faudra-t-il rechercher ?


Les professionnels de la restauration historique auront du travail. De la maçonnerie à la charpente, en passant par la couverture et le travail de la pierre de taille. "Il ne serait pas étonnant d'avoir 1000 employés sur un tel chantier", assure au micro de TF1 Christophe Villemain, président du groupe de restauration de monuments historiques du même nom. "Les savoir-faire, nous les avons en France, assure Luc Leblond, professeur de taille de pierres au lycée Hector Guimard, à Paris. Nous avons la capacité de reconstruire Notre-Dame de Paris."

En vidéo

Incendie de Notre-Dame de Paris : les images de l'intérieur de la cathédrale

Un chantier "très valorisant"

Si le savoir-faire est là, il semble bien qu'il manquera de la main d'oeuvre. "Pour le chantier de reconstruction, il faudrait que dès septembre nous recrutions en apprentissage 100 tailleurs de pierre, 150 charpentiers et 200 couvreurs", a estimé Jean-Claude Bellanger, à l'issue d'une rencontre avec la ministre du Travail Muriel Pénicaud pour préparer le Conseil des ministres consacré mercredi à la reconstruction de la cathédrale.


La difficulté ? "Ces métiers manuels sont peu valorisés et attirent peu. On a les entreprises qui ont les compétences pour la  reconstruction mais on a un manque cruel de jeunes sur ces métiers, a-t-il ajouté. Les Compagnons du devoir forment chaque année environ 1000 charpentiers, 700 couvreurs et 450 tailleurs de pierre. Sur les tailleurs de pierre, nous ne sommes que deux CFA (centres de  formation d'apprentis) dans l'Île-de-France et le seul dans le Grand Ouest."


Sans afflux d'apprentis vers ces métiers, la priorité donnée à Notre-Dame "risque de se faire au détriment d'autres chantiers", a-t-il déploré. "Il faudrait que ces métiers retrouvent la reconnaissance d'excellence qu'ils avaient au XIIIe siècle lorsqu'on a construit la cathédrale." Le chantier de Notre-Dame de Paris saura-t-il redonner envie aux jeunes de choisir cette branche ? "Si le jeune de 16 ans, qui vient chez nous pour un parcours de six ans permettant d'arriver à une licence professionnelle, avait comme perspective de travailler sur le chantier de Notre-Dame, ce serait très valorisant", conclut Jean-Claude Bellanger.

La pierre, mais aussi le bois. La charpente de Notre-Dame, détruite par les flammes, pourrait être reconstruite avec le bois issus de chênes centenaires.... de la Sarthe. La forêt de Vibraye pourrait fournir la totalité de matériaux nécessaires avec ses nombreux chênes. "Il y a pratiquement tour ce qu'il faut dans une récolte annuelle pour parvenir à fournir la charpente."


Emmanuel Macron a annoncé mardi soir, dans une allocution adressée aux Français, que la restauration de la cathédrale de Notre-Dame de Paris devrait être menée à bien d'ici cinq ans. Un défi colossale. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter