Cirques : quels animaux pourront encore faire leur numéro ?

Au grand désarroi des dompteurs des cirques et des spectacles aquatiques, le gouvernement souhaite interdire la captivité des animaux sauvages. Il sera encore possible d'en voir encore pendant cinq ans car l'État souhaite une transition en douceur.
Population

CLAP DE FIN - La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé ce vendredi d'importantes mesures pour le bien-être animal, et notamment l'interdiction progressive des animaux sauvages dans les cirques. LCI fait le point sur ceux qui sont concernés.

La nouvelle a été accueillie sous les applaudissements des associations de défense de la cause animale. Lors d'une conférence de presse donnée ce mardi matin, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé la "fin progressive de la présence de faune sauvage" dans les cirques itinérants. "L'itinérance, le déplacement d'animaux, puis leur installation de ville en ville est la question centrale concernant le bien-être de certaines espèces", a-t-elle déclaré. 

Quelles sont alors les espèces concernées ? LCI fait le point.

Lire aussi

Adieu tigres, lions, éléphants...

Dans un communiqué faisant suite au discours de Barbara Pompili, le ministère de la Transition écologique précise que la détention par les cirques de fauves - famille dont font partie les tigres, les lions ou encore les panthères habitués des numéros de domptage sous le chapiteau - ne sera plus autorisée. Il en va de même pour les singes, les ours ou encore les loups.

Les animaux sauvages "nécessitant des bassins ou de grandes quantités d’eau" comme les hippopotames, les otaries ou encore les éléphants ne seront plus non plus autorisés à participer aux spectacles proposés par les cirques itinérants.

La reproduction de ces animaux sera également interdite.

Les animaux qui ne sont pas concernés

Cette interdiction ne concerne pas les animaux dits "domestiqués" comme les chevaux, les chats ou les chiens, régulièrement utilisés par les cirques dans leurs spectacles. 

La situation future de certains animaux est en revanche encore incertaine. Aucune information n'est par exemple disponible pour les lamas, les chameaux et les dromadaires. Contacté à ce sujet par LCI, le ministère ne nous a pas encore apporté de réponse.

Plusieurs cas de maltraitance ces derniers mois

Si les animaux de cirque sont traités au mieux, dans la mesure du possible, par leurs soigneurs, l'état déplorable de certains d'entre eux a fait couler beaucoup d'encre ces derniers mois. En juin, l'association One Voice était ainsi venue au secours, en accord avec la préfecture et l’Office français de la biodiversité, d'un lion détenu dans un cirque installé momentanément dans l’Eure. Il n'avait que la peau sur les os et présentait des signes de blessures. Ses griffes avaient par ailleurs été coupées et ses dents meulées jusqu'à la gencive. 

En novembre dernier, une pétition pour réclamer justice pour Mischa, un ours maltraité par le cirque Poliakov dans le Loir-et-Cher, avait recueilli des milliers de signatures. Saisi, l'ours, souffrant de problèmes respiratoires et très affaibli, avait succombé à une opération des poumons. Le grand public s'était ému de son sort à la suite d'une vidéo diffusée par One Voice, dénonçant ses conditions de détention, tout comme celles de ses deux congénères, Bony et Glasha. Selon l'association, ceux-ci étaient "enfermés dans des caves obscures, entourés de rats, couverts d'asticots, souffrant de problèmes respiratoires". Deux semaines après la mort de Mischa, ils ont finalement été admis dans deux centres, l'un en Allemagne et l'autre en Mayenne, pour recevoir des soins de manière "provisoire", à la demande de la préfecture du Loir-et-Cher.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le "plan blanc" activé dans les hôpitaux et cliniques de Bretagne

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

Reconfinement : ce que l'on sait des pistes envisagées par l'exécutif

Les écoles et les collèges vont-ils rester ouverts en cas de reconfinement ?

REPLAY - Didier Raoult sur LCI : "Je ne suis pas Nostradamus"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent