Isère : Pierre et Vacances abandonne son projet controversé de Center Parcs à Roybon, au grand dam des habitants

Isère : Pierre et Vacances abandonne son projet controversé de Center Parcs à Roybon, au grand dam des habitants
Population

GUERRE D'USURE - Après une bataille judiciaire de plus de dix ans, le groupe Center Parcs abandonne finalement son projet de création de centre de vacances à Roybon. Dans la commune, les partisans du projet sont dépités.

Il n'y aura jamais de Center Parcs dans la forêt de Chambaran en Isère. Le projet, d'un montant de 390 millions d'euros, prévoyait la construction d'un millier de cottages, de commerces et de restaurants autour d'un espace aquatique. Depuis son lancement en 2007, il était contesté par des associations de protection de la nature. Le groupe Pierre et Vacances a finalement décidé de jeter l'éponge.

"Depuis plus de dix ans, des procédures judiciaires contestant les autorisations administratives ont fait obstacle à la réalisation du projet. L'autorisation de défrichement, indispensable à sa réalisation, étant devenue caduque, et l'accès du site étant bloqué par des 'zadistes' occupant illégalement le terrain depuis 2014, Center Parcs a décidé de se retirer de ce projet", écrit le groupe dans un communiqué. 

Lire aussi

C’était formidable pour Roybon, ça aurait été comme une renaissance. Quel gâchis !- Gérard, un habitant de Roybon

Dans la petite commune, les partisans du projet, relativement nombreux, sont dépités. "C’était formidable pour Roybon, ça aurait été comme une renaissance. Quel gâchis !", déplore Gérard, un ancien du village. "Les villages meurent et lorsqu’on essaye de changer les choses, ce n’est pas possible !", regrette un autre riverain. "Pratiquement 2.000 personnes par semaine étaient prévues. Ça aurait été un plus pour les commerces", souligne le gérant d'un commerce. 

De quoi aussi améliorer les finances de la commune, "qui est déjà très endettée", relève un habitant. "Cela aurait permis de faire revivre des entreprises, et surtout créer des emplois. Car la vie, à Roybon, est quand même triste", ajoute un autre. Avec l'ouverture de ce centre de vacances, quelque 700 emplois étaient espérés. "Ça aurait été pour nous une bouffée d'air considérable", déplore encore un autre riverain, qui ne cache pas sa déception.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent