Isoler avec ou sans contrainte ? L'exécutif en quête d'une voie médiane pour les cas positifs

Jean Castex et Olivier Véran, le 12 novembre 2020.

MESURES SANITAIRES - Constatant que l'isolement des personnes positives au Covid-19 est le point faible de sa stratégie, le gouvernement planche sur une modification des règles pour faire respecter la quarantaine. S'il exclut pour l'heure toute mesure coercitive, le sujet est en débat.

Tester, tracer, isoler : le triptyque des autorités sanitaires face à la crise du Covid-19 est désormais bien connu. Mais si les deux premiers mots d'ordre ont montré une efficacité certaine depuis le printemps, avec une montée en puissance progressive, l'exécutif est forcé de constater que le troisième, l'isolement des personnes positives, n'a pas rempli ses objectifs. 

Le dispositif Covisan, mis en place en région parisienne par l'AP-HP pour casser les chaînes de transmission en mettant à disposition des familles des chambres d'hôtels, affiche un bilan modeste, selon un compte-rendu du Monde. Plus généralement, l'exécutif constate que le message n'a pas infusé suffisamment au sein de la population, et planche désormais sur une nouvelle approche à l'aune du prochain allègement des restrictions sanitaires.

"On travaille sur ce sujet : comment renforcer la communication autour de l’isolement", a indiqué jeudi l'entourage du Premier ministre à LCI. "On se rend bien compte que les gens se font tester et ont les tests en tête, mais moins l’isolement. On s’interroge : comment recalibrer les choses ? On étudie tout ce qui se passe à l’étranger."

Toute l'info sur

La France face à une 3e vague d'ampleur

Retour du débat sur l'isolement forcé

Faut-il rendre la quarantaine contraignante ? Ce débat, déjà amorcé au printemps dernier et écarté alors par l'exécutif, refait surface. "Le débat pourrait avoir lieu, il toucherait au cœur des libertés fondamentales", avait prévenu le ministre de la Santé, Olivier Véran, aux manettes dans ce dossier, lors de son audition devant la commission d'enquête parlementaire le 4 novembre. "Cela n'a jamais été fait dans notre pays, même dans le cas de la tuberculose. On recommande de rester isoler, mais on fait le choix de la confiance." Jeudi soir, lors de sa conférence de presse, Olivier Véran a renvoyé cette question de l'isolement au débat parlementaire : "Ça fait partie d'un enjeu démocratique. Les initiatives parlementaires sont à suivre avec intérêt."

Car ce scénario de la coercition n'est pas totalement exclu. Le député et président du groupe Agir Olivier Becht l'avait notamment suggéré dans un courrier adressé récemment à Jean Castex, et a eu des échanges avec Matignon sur cette proposition. Des députés LaREM ont également soutenu la mesure. Selon Le Monde, l'exécutif examinerait les conditions juridiques d'une quarantaine contrainte, peu évidente à mettre en place au regard des libertés fondamentales. 

Lire aussi

Convaincre plutôt que forcer

Le sommet de l'État semble toutefois réticent, pour l'heure, à envisager une telle mesure. "On n'est pas prêt", estimait mercredi une source gouvernementale auprès de LCI. "Ce n'est pas notre pays, ce n'est pas notre culture. On ne va pas mettre un policier derrière chaque malade." L'hypothèse reste, selon cette source, de "travailler à la responsabilisation", selon le principe de l'autoconfinement déjà défendu par l'exécutif. 

Même son de cloche dans l'entourage de Jean Castex. "L’isolement contraint n’est pas l’alpha et l’oméga de la maîtrise de l’épidémie", nous indique-t-on. "Comment pourrait-on se muscler sur le sujet ? Cela pourrait passer par de la pédagogie et de la communication en phase de déconfinement." 

"Tout est sur la table", insiste toutefois l'exécutif, en quête d'un "point d'équilibre". L'isolement obligatoire doit faire l'objet d'un "débat démocratique", a indiqué vendredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, tandis que le Premier ministre Jean Castex mettait en garde contre un "problème redoutable"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

EN DIRECT - Covid-19 : le taux d'incidence remonte en Allemagne, pour atteindre son niveau de mai

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Procès des attentats du 13-Novembre : "En réalité, il était déjà mort mais l'information n'avait pas été transmise"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.