"Je fiche enfin la paix à mon imprimante" : vos premières fois de ce premier jour déconfiné

"Je fiche enfin la paix à mon imprimante" : vos premières fois de ce premier jour déconfiné
Population

DECONFINEMENT JOUR 1 - En ce premier jour de déconfinement, même si le risque de l'épidémie est toujours là, des petites libertés réaparaissent. Ce jour a-t-il changé des choses pour vous ? Ou pas du tout ? Vous nous avez raconté.

Il était tant attendu. Et le voilà venu : le jour du déconfinement. Et le retour des premières fois. Premières fois depuis deux mois.

En fait, pour être honnête, ces premières fois avaient un peu resurgi, ce dernier week-end dans les rues de Paris. Des petites histoires, au coup par coup, dans les quartiers, au coin des rues, montraient que l'ambiance s'était un peu détendue. A Montmartre, dimanche fin d'après-midi, pour la première fois depuis deux mois, un guitariste a branché une sono sur un bout de trottoir, entonné la chansonnette. Devant des passants qui, pour la première fois, s'arrêtaient, le restaurateur d'à côté, normalement fermé, ayant eu la bonne idée de vendre des bières en godet. 

Lire aussi

Libérés, délivrés

Une première fois, qui a donné envie aux badauds de baguenauder, et au quartier une ambiance agréable de fête de la musique en petit comité. Ça changeait des contrôles d'attestations. Sur les marches du Sacré Coeur aussi, les promeneurs sont revenus. Et même, un ado a lancé un "libérés, délivrééééés", en dansant en bas des marches. Et chacun d’applaudir, à 20 h. 

A 20 h aussi, dans le 17e, pas loin, c'est un voisin DJ qui a mis la musique, et arrosé tout le quartier. Et tout le monde a suivi. Première fois.

D’ailleurs, avouez, tout le monde s'est posé la question : que se passera-t-il dimanche soir à minuit ? Les gens vont-ils sortir dans la rue ?  Sauter de joie ? Quelle sera cette première fois ?

Pour la première fois, il n'y a plus besoin de remplir l'attestation, on se sent plus libre- Philippe

Emmanuel, habitant du quartier du canal Saint-Martin à Paris, a interprété le moment en mode "bonne année". Du coup, à minuit, il est parti en périple sous la pluie, souhaiter la nouvelle année. Et tâter un peu l’ambiance, comme au réveillon, aux Champs-Elysées. Bon, il pleuvait, il a marché, longé le canal Saint-Martin, croisé vite fait quelques Parisiens… Et tout de même, c’est une première : "On peut sortir sans attestation ! Vivre ces premières heures de déconfinement dans Paris", raconte-t-il. Et puis même la pluie a des airs de première fois, comme lui confie ce couple, détrempé : "Prendre la pluie, deux mois qu’on avait pas pu prendre la pluie comme on voulait, c’est un super pouvoir du déconfinement." 

Et en ce lundi matin ?  Quelles sont les premières fois depuis quasi deux mois ? Pour Philippe, c’est sortir. Sortir ! "Pour la première fois, il n'y a plus besoin de remplir l'attestation, c’est la grande nouveauté, et on se sent plus libre !", nous raconte-t-il. "Je vais pouvoir revoir progressivement certains de mes amis, aller travailler, me balader davantage." Il va, aussi, reprendre les transports en commun, et du coup, une autre première fois "va évidemment être aussi de mettre un masque car pendant le confinement j'en ai jamais mis". Laura, elle, "fiche enfin la paix à son imprimante !".  Certains, comme Sébastie, l'ont d'ailleurs fait symboliquement : brûler ce sacré bout de papier.

Sortir, c’est aussi, pour beaucoup, sortir un peu plus loin. Pour les joggeurs, l’occasion de sortir du périmètre sans doute un peu rabâché du kilomètre réglementaire. 

Hervé lui, a fait réparer son vélo. Enfin disons qu’il avait crevé avant le confinement, et ne s’en était pas dépêtré. De toute façon, il ne pouvait pas aller bien loin. Deux mois donc que sa jolie bestiole traînait dans un coin de son appartement, qu’il le regardait s’empoussiérer. Ce week-end, le réparateur a rouvert, il a pris en charge la roue crevée. Alors ce lundi en fin d’après-midi, Hervé se prévoit une petite virée. Histoire de regonfler doucement les mollets.

Elargir le périmètre, c’est aussi ce dont a voulu profiter Nick, consultant, et en vacances depuis quelques jours : habitant du quartier de la gare de l’Est à Paris, il profite de ce lundi matin pour aller s’aventurer au bois de Vincennes… Toute une aventure… Il montre des photos de paysages arborés, de Château de Vincennes déserté… "C’était cool, un air de liberté !"

Promenade en forêt avec nos chiens. On reprend nos randonnées pédestres- Marie-Odile

Ceux qui ne sont pas Parisiens profitent aussi du déconfinement pour élargir le périmètre. Enfin, si le temps le permet. Josiane, comme ça, avait prévu une balade à la campagne, "mais il pleut donc à la casa". Jean-Marc, lui, est parti ce matin faire de la photographie animalière "avec de belles rencontres en forêt et à bord des étangs". Pour Marie-Odile, c’était "de très bonne heure, balade en bords de Seine", et pour Marie-Adam, "promenade en forêt avec nos chiens. On reprend nos randonnées pédestres..." Julie, elle, à La Réunion, est allé retrouvé sa rivière en cascades. 

Pour d’autre Français, ce jour de "premières fois" est empli d’obligations plus pragmatique, mais non mois attendues et bienvenues. "Je prends rendez-vous chez la coiffeuse pour vendredi", nous raconte Cosette. "Et cet après-midi, je vais voir ma maman de 97 ans à Chambéry." Elodie, qui a repris son travail depuis le 29 avril, "va enfin aller chez [sa] dentiste cet après-midi et mercredi, coiffeuse !" Pour Sophie, la liste des "première fois" est assez morose : "Se lever à 6 heures, préparer deux masques, prendre sa voiture et retourner au bureau. Comme avant le confinement, moins les masques." 

Ceux qui sont sortis ce lundi ont aussi, sans doute pour la première fois, découvert de nouveaux accessoires de confinement… Comme ce distributeur ambulant de gel hydrolacoolique, qui ne sera pas sans rappeler à certains des distributeurs de bières dans les stades ou les festivals… 

C’est aussi l’occasion de saluer l’inventivité des autres confinés. Sans doute la première fois que cette dame utilisait un masque Decathlon dans un milieu qui n’est pas sous-marin. Quoique... le métro...

Autre tendance dans les premières fois de ce jour 1 du déconfinement : on en a beaucoup parlé et c’est confirmé : les coiffeurs sont là  et certains s’y sont rués dès les premières heures.

En vidéo

Déconfinement : un coiffeur a ouvert son salon dès minuit

C’est aussi, pour la première fois, remettre ses habits de la vie normale, et constater, parfois que quelque chose a changé… 

D’où peut être le fait que pour d’autres, ce premier jour est un jour de shopping… 

En vidéo

LCI PLAY - Déconfinement : des magasins pris d'assaut

Ce qui n’est d’ailleurs pas sans occasionner des débats, sur la nécessité des produits de première nécessité, sur les jugeurs et les jugés, mais ça on vous laisse vous faire votre idée.

Pour d’autres, le premier geste du déconfinement est celui d’un petit plaisir. Pas forcément celui qu'on attendait, mais allez, chacun ses priorités.

Je suis retourné bosser avec un masque et des gants, à me laver les mains toutes les heures- Christophe

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur le Covid-19

Mais il y a aussi ceux, pour qui, aujourd’hui, rien ne change. D’abord, pour certains parce qu'"il pleut !" Mais aussi, pour d’autres, par prudence, ces autres qui d'ailleurs alertent un peu sur la nécessité de ne pas trop changer ses habitudes. Comme Julien, qui travaille à l’hôpital, "ça ne change rien à ce niveau-là", dit-il. "Par contre, en extérieur, je vais redoubler de prudence les 2-3 prochaines semaines car les mesures barrière, c'était simple à appliquer jusqu'à hier car il y avait très peu de monde en extérieur. Mais à partir d'aujourd'hui, les risques de transmissions vont être multipliés. J'attends de voir le résultat au niveau des nouveaux cas dans 2-3 semaines." Martine tient aussi à le rappeler : "Je ne change rien. Les gestes barrières sont une priorité le virus est toujours en circulation donc il faut rester prudent et limiter ses sorties, sinon c’est la deuxième vague assurée"."

Christophe, d’ailleurs, rigole, en mode acide, de ces "premières fois"  qui n’en sont, au fond, pas tant que ça : "Et bien je suis allé boire mon café avec un croissant, puis je suis allé a la plage, vers 11 h j'ai pris un apéro dans un bar avant d'aller au restaurant, quel bonheur !", raconte-t-il, avant de reprendre : "Mais non, je suis retourné bosser avec un masque et des gants, à me laver les mains toutes les heures, quelle question."

Et en effet, ce déconfinement, c’est pas forcément un gros changement. Tout de même, un petit retour de petites libertés. Comme celles qui se prévoient le soir venu dans sans doute beaucoup d’appartements déconfinés. "Ce soir, j'ai des amis qui viennent chez moi, j'ai un mini appartement mais un petit bout de terrasse", raconte Nick, le consultant en vacances; "Enfin, je vais pouvoir en faire profiter. S'il ne pleut pas !" Avant ça, d'ailleurs, il avait prévu d'aller s'offrir un pantalon, puis un tour chez le coiffeur. Oui, c'est un peu la fête, en tout cas, un moment à marquer joliment. Aurore aussi, jeune Parisienne, devait recevoir lundi soir deux amis à dîner. "Pour l'un d'eux, c'était hier son anniversaire. Et donc, ce soir, ce sera la fête d'anniversaire, en mode déconfiné." Et  puis demain, elle a posé sa journée. Ça aussi c'est une première. Parce que c'est vrai avec tout ça, on n'est que lundi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent