#JesoutiensHugo : un adolescent insulté et menacé sur les réseaux sociaux après une blague sur le pèlerinage à La Mecque

Population
DirectLCI
CYBER-HARCÈLEMENT - L'auteur d'un tweet humoristique sur le pèlerinage à La Mecque a essuyé des milliers d’insultes et de menaces sur les réseaux sociaux, de la part d’internautes qui y voient un manque de respect vis-à-vis de la religion musulmane. Plusieurs personnalités n'ont pas tardé à lui témoigner leur soutien.

"La France est une République laïque où chacun peut critiquer et se moquer des religions sans être menacé de mort pour cela !". Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat égalité pour l'égalité femmes-hommes a témoigné ce dimanche son soutien à un internaute prénommé Hugo, visé par des menaces de mort après un tweet humoristique sur le pèlerinage à La Mecque. 

"Ptdr y'a du monde à InZeBoite", avait tweeté l'adolescent dans la matinée, avec une photo de la foule au pèlerinage de La Mecque, en Arabie saoudite. Mais sa référence à l'émission de Gulli, qui se termine par une épreuve dans une "boîte noire", avait suscité dans la foulée des dizaines d’insultes et de menaces sur les réseaux sociaux, de la part d’internautes y voyant un manque de respect vis-à-vis de la religion musulmane. "Le blasphème n'existe pas", a encore réagi la secrétaire d'Etat, rappelant qu'"en revanche, le cyber-harcèlement en meute est puni depuis cet été par la loi".

D'abord assailli de tweets plus virulents les uns que les autres, Hugo a présenté ses excuses dans une nouvelle publication et reçoit désormais de très nombreux messages de soutien sous le hashtag #JeSoutiensHugo. "Je ne savais pas que ça allait prendre autant d'ampleur, encore désolé laissez-moi en vie", a-t-il, avant d'ajouter : "je n’ai jamais voulu offenser quelqu’un dans ce tweet arrêtez de vouloir la violence pour rien , il y’a bien pire dans ce monde et sur Twitter". Parmi les personnalités qui n'ont par tardé à réagir en sa faveur, figurent notamment le philosophe Raphaël Enthoven, ou encore l'ancienne journaliste Audrey Pulvar.


Quant aux insultes et menaces à l'égard du jeune homme, elles ont été rapportées à la police nationale et signalées à la plateforme Pharos, dédiée aux contenus et comportements illicites sur la toile.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter