Paris : le partenariat entre le CIO et Airbnb fait grincer des dents Anne Hidalgo

Paris : le partenariat entre le CIO et Airbnb fait grincer des dents Anne Hidalgo
Population

TOURISME - Le géant de la location de logements entre particuliers a annoncé lundi qu'il devenait l'un des principaux sponsors du Comité international olympique (CIO) jusqu'en 2028. Un choix qui passe mal à la mairie de Paris...

Le CIO s'immisce dans le conflit entre Airbnb et la mairie de Paris. Le géant de la location de logements entre particuliers a annoncé lundi qu'il devenait l'un des principaux sponsors du Comité international olympique (CIO) jusqu'en 2028, dans le but de redorer son image face à plusieurs controverses notamment à Paris. Des controverses qui ont ressurgi dès l'annonce du partenariat, Anne Hidalgo alertant sur les "risques" de ce sponsoring.

Dans sa lettre, la maire PS, en campagne pour sa réélection, promet sa "totale détermination" pour "obtenir un renforcement des règles encadrant les plateformes de location et, le cas échéant, à les faire interdire" dans certains secteurs de Paris. "En soustrayant à Paris un nombre important de logements, Airbnb est un facteur d'augmentation du prix des loyers et d'aggravation de la pénurie de logements sur le marché locatif, pénalisant l'ensemble des Parisiennes et des Parisiens, et, en particulier, les classes moyennes", explique Anne Hidalgo dans sa lettre à Thomas Bach.

Lire aussi

"Nuisances pour les riverains"

"Les conséquences se mesurent parfois à l'échelle d'immeubles, de rues, lorsque ce ne sont pas des quartiers entiers qui sont touchés, générant des nuisances pour les riverains, déstabilisant le commerce local et concurrençant durement l'hôtellerie traditionnelle", ajoute-t-elle. Son adjoint au logement, Ian Brossat (Parti communiste), a regretté le choix du CIO "au moment où de nombreuses villes en Europe et dans le monde se battent contre Airbnb et ses dérives".

Anne Hidalgo s'était opposée à l'arrivée du géant pétrolier Total, qui avait fini par jeter l'éponge, parmi les sponsors nationaux du comité d'organisation des Jeux Olympiques de Paris-2024. Mais le chèque signé par Airbnb, plusieurs centaines de millions d'euros selon les estimations, lui permet de figurer dans le programme TOP des sponsors du Comité international olympique (CIO). Ce partenariat lui offre une exclusivité mondiale et court jusqu'en 2028.

Environ 65.000 logements parisiens sont mis en location sur AirBnb. Et "une bonne partie d'entre eux, sans doute une bonne moitié, sont des locations illégales qui n'ont pas de numéros d'enregistrement", pourtant obligatoires, avait déclaré en septembre Ian Brossat. En février, la mairie de Paris avait assigné AirBnb en justice pour avoir mis en ligne 1.000 logements non enregistrés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter