L'antisémitisme vient-il de l'extrême gauche ou de l'extrême droite ?

Population

HISTOIRE - Alors que l'antisémitisme est traditionnellement appréhendé comme le fait de personnes racistes, proches des milieux identitaires ou néo-nazis, plusieurs voix s'élèvent pour dire qu'il existe également un antisémitisme de gauche. Mais qu'en est-il réellement ? LCI a posé la question à Renée Dray-Bensousan, historienne, présidente de l'association de la recherche et de l'enseignement à la Shoah (Ares).

Le Rassemblement national n'a pas été invité à participer à la manifestation contre l'antisémitisme prévue ce mardi soir à Paris. Et si des représentants de La France insoumise seront bien là, plusieurs de ses membres sont critiqués pour leur réaction trop tardive ou leur condamnation a minima de l'agression dont a été victime Alain Finkielkraut samedi dernier. Les deux partis sont accusés de faire le jeu de l'antisémitisme, d'être ambigus et pas assez sévères sur le sujet, notamment par des membres du gouvernement comme Agnès Buzyn. Et alors que l'antisémitisme est plus souvent attribué à la droite identitaire ou néo-nazie, plusieurs voix s'élèvent pour dire qu'il existe également un antisémitisme d'extrême gauche. 

Lire aussi

Ce mardi matin sur l'antenne de LCI, Eric Zemmour déclarait d'ailleurs : "Les milieux d’extrême gauche critiquent Israël avec les Palestiniens, et pas tellement l’Arabie saoudite qui bombarde les Yéménites tous les jours." Ou encore : "L’antisémitisme contre les Rothschild et contre ces juifs-là (les riches, ndlr) part de l’extrême-gauche, comme aujourd’hui, de Proudhon, de Marx... Proudhon était antisémite, il avait des phrases très dures, qui aujourd'hui résonnent durement. Il dit 'Il faut les brûler'…. On est en 1840 et c’est une idole de l’extrême gauche."

En vidéo

L'invité politique du 19 février 2019 : Eric Zemmour

Il est faux de dire qu'il y a un antisémitisme de droite et un antisémitisme de gauche. C’est de l’antisémitisme, point à la ligne !- Renée Dray-Bensousan

Selon l'historienne et présidente d'Ares (Association de la recherche et de l'enseignement à la Shoah) Renée Dray-Bensousan, "l’antisémitisme peut être de droite, de gauche, de n’importe où". Elle s'explique : "Je ne peux pas catégoriser historiquement l'antisémitisme d’extrême gauche et d’extrême droite. Il y a un antisémitisme d’extrême gauche, il y a un antisémitisme de droite. Ce qu'il y a de commun à tout ça, c’est la perception que l’on a des juifs. Dans les nations européennes, la minorité juive peut être perçue comme néfaste sur le plan socio-économique. L’antisémitisme de droite est racial, viscéral. Mais vous avez aussi des antécédents d’antisémitisme chez des penseurs socialistes de gauche comme Proudhon. L'antisémitisme de gauche se représente les juifs comme une force capitaliste. Mais c’est une représentation. Cela n’a rien à voir avec la réalité." 

Selon l'historienne chercheuse, il est surtout important de répéter qu'il est "faux de dire qu'il y a un antisémitisme de droite et un antisémitisme de gauche. C’est de l’antisémitisme, point à la ligne !"

Lire aussi

Historiquement, "le mot antisémite a été créé au 19e siècle par Wilhelm Marr", précise Renée Dray-Bensousan. "Il se décompose ainsi : anti, pour contre, et sémitisme, parce que dans le mot sémitisme il y a le mot sem. D'après la Bible, Sem, fils de Noé, est le père, l’ascendant de tous les peuples qui vivent dans cette partie du Moyen-Orient." Selon l'historienne, "il faut faire une différence entre l’antijudaïsme qui définit les juifs comme une religion, descendants des hébreux, et la conception moderne apparue avec Marr de l’antisémitisme en tant que race. L’antisémitisme moderne s’exprime donc depuis le 19e siècle. Avant on parlait plutôt d’antijudaïsme." 

Par ailleurs, réserver le concept d'antisémitisme aux seuls juifs est un abus de langage car tous les sémites ne sont pas juifs , et tous les juifs ne sont pas sémites, ajoute-t-elle.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter