"La bataille de Notre-Dame" : ces minutes où Emmanuel Macron a validé le plan de sauvetage de la cathédrale

"La bataille de Notre-Dame" : ces minutes où Emmanuel Macron a validé le plan de sauvetage de la cathédrale
Population

Toute L'info sur

Incendie à Notre-Dame : un symbole de Paris dévasté par le feu

DOCUMENT INÉDIT - "La bataille de Notre-Dame", d'Emilie Lançon, sera diffusé sur TF1 le samedi 14 décembre à 13h30. Un long format qui donne la parole aux sapeurs-pompiers, avec notamment ces images inédites où l'on découvre comment le sort de la cathédrale s'est joué sur un bout de papier.

C'est un plan rapidement griffonné sur un papier format A4 que le général Jean-Claude Gallet présente ce soir-là à Emmanuel Macron. En ce funeste 15 avril 2019, Notre-Dame de Paris brûle depuis plusieurs heures, sa toiture et sa "forêt" de charpente sont déjà parties en fumée. La nuit tombe sur la capitale. 

Alors que les pompiers, ayant acté le sacrifice de la toiture du monument, tentent de contenir la propagation des flammes au reste de l'édifice - ce qu'ils appellent "la part du feu", le lieutenant Laurent a lancé l'alerte. Le dessinateur opérationnel des pompiers, qui trace des croquis au plus près de l'incendie pour tenter d'anticiper son évolution, est le premier à avoir donné l'alerte. Il s'est rendu compte que les flammes, après avoir ravagé la toiture, avait pris dans le beffroi nord jusque-là préservé. 

"Le risque, il est consenti"

"La bataille de Notre-Dame" raconte ce moment crucial où le général Jean-Claude Gallet, qui commande ce soir-là les 650 pompiers mobilisés pour sauver la cathédrale, soumet à Emmanuel Macron un plan d'urgence destiné à sauver ce qui reste. Des images inédites, qui ont été tournées par l'Elysée. 

Cette opération de la dernière chance consistera à envoyer sur le beffroi nord un commando de 20 sapeurs-pompiers pour venir à bout des flammes et ainsi empêcher la tour de s'effondrer, et d'entraîner avec elle l'autre beffroi, et donc l'ensemble de la cathédrale. "L'enjeu est très simple", résume le général Gallet. "Le lendemain matin, à 6 heures, dès l'aube, y aura-t-il encore les deux beffrois de Notre-Dame, ou alors n'y aura-t-il plus qu'un amas de ruines fumantes ? Entre ces deux visions, une cathédrale encore debout ou un amas de ruines, il y a cette opération qui risque de coûter la vie à plusieurs dizaines de sapeurs-pompiers." 

C'est l'option que propose le général à Emmanuel Macron. "Il y a un risque important mais on peut le faire. Le risque, il est consenti et accepté", explique-t-il au chef de l'Etat. Un silence s'installe et les deux hommes se regardent. "Je vois le Président, il est droit, il est grave", raconte Jean-Claude Gallet. "Il doit valider l'option dans les deux minutes et il doit faire confiance au chef des pompiers avec sa feuille format A4 qui représente la manœuvre."

Un accord tacite

Emmanuel Macron ne prononce aucun mot. Un simple coup d’œil fait comprendre au général Gallet qu'il a le feu vert de l'exécutif. Le commando va rapidement se lancer dans l'opération de sauvetage de Notre-Dame, au péril de sa vie.

Parmi les soldats du feu envoyés dans le beffroi Nord, le lieutenant Alexis manque de chuter dans le vide. Lors de sa progression, un plancher cède sous ses pieds. Il ne devra son salut qu'à son équipement, qui le retient au palier supérieur. "On se dit 'qu'est-ce qui nous arrive ? Ok, je suis encore là, j'ai mes deux jambes, mes deux bras", témoigne ce dernier. 

Par miracle, le plan d'urgence ne fera aucune victime. Et l'opération de sauvetage des beffrois menée ce soir-là par les combattants du feu a permis de sauver Notre-Dame de Paris. 

"La bataille de Notre-Dame", un document inédit d'Emilie Lançon, diffusé samedi 14 décembre à 13h30 sur TF1 dans l'émission Grands reportages présentée par Anne-Claire Coudray.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent