Les banques alimentaires n'ont pas souffert des blocages par les Gilets jaunes : "La solidarité a été exceptionnelle"

Les banques alimentaires n'ont pas souffert des blocages par les Gilets jaunes : "La solidarité a été exceptionnelle"

Population
SOLIDARITÉ - C'est une information qui redonne un peu d'espoir : malgré l'inquiétude suscitée par les différents blocages de Gilets jaunes, les 9000 points de collectes des banques alimentaires sur tout le territoire français ont enregistré des dons similaires aux années précédentes.

La semaine dernière, l'inquiétude était grande, du côté des banques alimentaires. En cause, les différents blocages sur tout le territoire français pouvaient laisser penser que la collecte annuelle pourrait être perturbée. Or, les chiffres que nous ont communiqués Jacques Balet, responsable du réseau national des banques alimentaires, prouvent le contraire. "Les Français ont fait preuve d'une générosité exceptionnelle", explique-t-il. 


Selon les informations de LCI, les banques alimentaires avaient récolté 11.068 tonnes de dons en 2017 ce même week-end de collectes. Cette année, le chiffre s'élève à 11.017 tonnes. Le tout sans qu'aucune collecte n'ait pu être effectuée dans l'île de la Réunion, faute d'approvisionnement. 

Des dons en hausse dans des régions dites "précaires"

Dans le département de la Marne, par exemple, les dons ont augmenté d'environ 7%. Dans les Hauts-de-France, où le taux de précarité s'élève à 18,4%, selon les derniers chiffres de l'Insee, les dons sont aussi en hausse, de 11%. "La solidarité a été fantastique", selon Jacques Bailet. 


Selon lui, ces chiffres sont le signe que "malgré les centres commerciaux perturbés, les gens présents ont donné plus. Vendredi dernier, les gens ont donné davantage que le même jour l’année dernière. Sans doute qu’ils ont dû se dire que les courses allaient être compliquées le lendemain", analyse-t-il. 

Les gens recourent à l'aide alimentaire plus longtemps qu'avant

Les dons sont constants, preuve que la solidarité est encore une valeur sûre en France, et les chiffres de la précarité n'augmentent pas non plus. En revanche, certains signaux sont alarmants. "14% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Et, dans le détail, on s’aperçoit qu’en deux ans, les gens qui ont recours à cette aide y ont recours plus longtemps qu'avant, un an ou deux, en moyenne. Cela montre qu’on sort plus lentement de cette précarité. Et il y a des populations plus marquées que d'autres : 70% sont des femmes et 1/3 sont des familles monoparentales. Ce sont des données constantes et inquiétantes", explique ce responsable. 


Malgré cela, le message final du côté de ces associations est un "immense merci, parce que dans ces circonstances, c'est un exploit, une vraie performance. C'est une très belle surprise pour nous", conclut Jacques Bailet. A noter que les dons en numéraire sont toujours possibles sur les sites des banques alimentaires. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter