Le budget 2020 va "amputer" le pouvoir d'achat des ménages les plus modestes

L'OFCE tire le bilan des politiques sociales et fiscales du quinquennat
Population

POUVOIR D'ACHAT - D'après les calculs présentés par l'Observatoire français conjonctures économiques, le budget 2020 amputera le niveau de vie de 15% des ménages les plus pauvres.

L'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a passé au crible les mesures fiscales et sociales du gouvernement pour l'année 2020. Leurs conclusions sont sans appel, et rappellent celles faites pour les années 2018 et 2019 : le budget 2020 va "amputer" le niveau de vie des "15% de ménages les plus modestes". 

Des mesures favorables aux actifs et aux aisés

"L'effet cumulé des mesures socio-fiscales de 2018 à 2020 reste très fortement marqué par le geste fiscal effectué en direction des ménages les plus aisés en début d'année 2018." Pour l'OFCE, ce nouveau budget de la majorité favorisera une nouvelle fois les classes supérieures. A contrario, "l'effet cumulé des mesures prises depuis le début du quinquennat devrait être négatif pour les 10 % de ménages les plus modestes", précise l'institut économique. Au total, entre 2018 et 2020, un quart des 17 milliards d'euros de gains cumulés de pouvoir d'achat ont profité au 5% des ménages les plus aisés, estime l'OFCE. 

Baisse de l'impôt sur le revenu, mise en place de la flat-tax, disparition progressive de la taxe d'habitation, réforme de l'allocation chômage, changement du calcul des aides au logement : pour l'OFCE, toutes ces mesures prises par le gouvernement profitent essentiellement aux ménages aisés et actifs. Ainsi les 5% de ménages les plus modestes devraient voir leur revenu disponible être amputé de 45 euros en moyenne sur l'année. 

Lire aussi

Une hausse globale du pouvoir d'achat

Toutefois, l'institut rappelle que, dans une perspective globale, "les mesures socio-fiscales vont contribuer positivement au pouvoir d’achat, à hauteur de 5 milliards d’euros", salue cependant l'institut, grâce "notamment à la baisse de l’impôt sur le revenu". 

Enfin, l'OFCE revoit à la hausse dans cette étude sa prévision du déficit public pour 2020 à 2,4% du PIB, contre 2,3% précédemment, anticipant une dégradation de 0,2 point du déficit structurel du fait notamment du ralentissement de la croissance et d'une politique budgétaire "légèrement expansionniste".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Des caricatures de "Charlie Hebdo" projetées à Toulouse et à Montpellier

Covid-19 : quels sont les départements désormais soumis au couvre-feu ?

EN DIRECT - TousAntiCovid : la nouvelle application du gouvernement victime de son succès ?

EN DIRECT - Présidentielle américaine : suivez la dernière confrontation Trump-Biden de la campagne

Trump vs Biden : pourquoi il ne faut pas louper l'ultime débat

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent