Le congé paternité, sept pères sur dix y ont recours

La durée du congé paternité, actuellement de onze jours, pourrait doubler. Celle du congé de naissance pourrait également être multipliée par deux. D’après nos interlocuteurs, cette réforme envisagée par l’Etat est nécessaire.
Population

STATISTIQUES - Le gouvernement va augmenter la durée du congé paternité à 28 jours, dont une partie obligatoire. À ce jour, près de sept pères sur dix y ont recours, avec de grandes disparités selon leurs conditions salariales ou leur âge.

Bonne nouvelle pour les futurs papas. L'Élysée a annoncé ce mardi soir l’allongement à venir du congé paternité, à 28 jours, avec une part obligatoire. Une idée préconisée par le rapport sur l'aide à la parentalité remis au début du mois pour les "1000 premiers jours de l'enfant". Les auteurs estimaient même qu'il fallait le porter de onze jours à neuf semaines. Selon eux, "il faut du temps, de la disponibilité et de la proximité physique et émotionnelle de la part des parents pour qu’ils construisent avec leur bébé une relation harmonieuse".

Un recours au dispositif qui baisse avec l'âge

Selon une enquête de la Drees datée de 2016, 68% des pères éligibles au dispositif ayant au moins un enfant de moins de trois ans ont eu recours au congé paternité. Depuis le 1er janvier 2002, à la naissance d’un enfant, les pères qui travaillent ou ont perçu une allocation chômage au cours des douze derniers mois peuvent bénéficier d’un congé de paternité indemnisé d’une durée maximale de onze jours. Mais en regardant plus en détails, les disparités sont grandes.  

Lire aussi

Par exemple, près de trois pères sur quatre prennent un congé de paternité pour un premier enfant, ils ne sont plus que deux tiers à l’avoir pris à partir du troisième enfant, notamment car ces derniers sont plus âgés, et que le recours au congé diminue avec l’âge. En effet, les moins de 30 ans sont 74% à y avoir recours, contre 60% pour les plus de 40 ans. 

13% des pères chômeurs exercent leur droit

Les travailleurs indépendants ou ayant un emploi précaire ou les pères sans emploi prennent plus rarement un congé de paternité à la naissance de leur enfant. Par exemple, seuls 13% des pères chômeurs ont exercé leur droit. Un taux qui passe à 32% chez les indépendants. A contrario, ce chiffre atteint 80% chez les salariés en CDI du secteur privé, et 88% chez les salariés de la fonction publique. Parmi les pères salariés en CDI, le recours est plus rare pour ceux qui occupent les postes les moins qualifiés : seulement sept employés sur dix, contre plus de huit cadres ou professions intermédiaires sur dix.

En vidéo

Congé paternité : qu’en pensent les jeunes ou futurs papas ?

Selon un baromètre d'opinion de la Drees publié en 2019, les Français sont moins satisfaits de la durée du congé paternité que de la durée du congé maternité. 38% trouvent le premier trop court, contre 33 % pour le second. Les jeunes sont les plus enclins à faire évoluer les choses. En moyenne en 2014 et 2016, 63 % des 18-24 ans souhaitaient que la durée du congé de paternité augmente, contre 19% des 50 ans ou plus. Les moins de 35 ans sont un tiers à plaider pour le congé paternité obligatoire, contre un quart des 50 ans ou plus. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Quels sont les 54 départements soumis au couvre-feu ?

EN DIRECT - Covid-19 : la France franchit le cap du million de cas depuis le début de l'épidémie

Coronavirus : "On ne parle pas d’une vague mais d’une marée haute qui risque de durer des mois"

Comment Bertrand-Kamal a quitté "Koh-Lanta : les 4 Terres" à la surprise générale

"Des femmes qui n'aiment pas les hommes" : les propos de Maïwenn sur les féministes ne passent pas

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent